La première réunion du comité interministériel sur le désamiantage des maisons de la National Housing Development Company (NHDC) s’est tenue hier. Il a été décidé qu’un calendrier sera établi pour mettre en place le protocole de désamiantage, sous la supervision du ministère de l’Environnement. Outre différents membres du gouvernement, Alan Ganoo et Joe Lesjongard, députés de la circonscription N° 14 (Savanne/Rivière-Noire) où se trouvent un certain nombre de ces maisons, ainsi que des acteurs de la société civile, dont le syndicaliste Reeaz Chuttoo, étaient présents.
Ce comité présidé par le ministre du Logement et des Terres Showkutally Soodhun réunissait également le ministre des Infrastructures publiques Nando Bodha, le ministre de l’Environnement Raj Dayal, le ministre de l’Intégration sociale Prithviraj Roopun, le ministre des Administrations régionales Anwar Husnoo et le ministre de la Santé Anil Gayan. La semaine dernière, le gouvernement a décidé de procéder au désamiantage de 2 106 maisons EDC (ex-CHA) dans 59 régions de l’île. Ces maisons situées dans des cités ouvrières datent des années 60. Plusieurs organisations ont pris position contre la présence d’amiante dans les cloisons de ces maisons depuis de nombreuses années.
D’emblée, Showkutally Soodhun a laissé entendre que des 3 130 maisons CHA construites, 665 ont déjà été traitées. L’actuel projet de désamiantage concerne 2 106 maisons. Une étude a permis de relever que certaines de ces maisons sont inoccupées actuellement. De même, 46 familles vivent dans des conditions « déplorables ». C’est le ministère de l’Environnement qui sera chargé du protocole de désamiantage. Un calendrier sera ainsi établi pour sa mise en place. Raj Dayal a laissé entendre que des éléments de la Special Mobile Force seront mis à contribution sur le terrain. Il a aussi déclaré que des dispositifs spéciaux existent à La Chaumière pour le « processing » de l’amiante. De son côté, Anil Gayan a soutenu qu’une étude de son ministère démontre qu’aucun cas de cancer ou de décès lié à l’amiante n’a été confirmé. Il a aussi avancé que le ministère de la Santé suit de près la Dangerous Chemical Control Act, qui stipule que tous les produits liés à l’amiante ne peuvent être importés à Maurice.
La plus grande concentration des maisons contenant de l’amiante, 479 au total, se trouve dans la circonscription N° 14. C’est dans cette optique que deux députés de la région, Alan Ganoo et Joe Lesjongard, ont été invités à participer à cette réunion, pour avoir soulevé la question à plusieurs reprises à l’Assemblée nationale. Alan Ganoo a tenu à faire ressortir que parmi les familles concernées, se trouvent beaucoup de personnes âgées. Ces dernières ne peuvent donc pas solliciter les housing schemes proposés par le gouvernement, car n’étant pas en mesure de payer. Il a souhaité que le gouvernement leur vienne en aide. De son côté, Joe Lesjongard a souhaité que les familles concernées reçoivent le maximum d’informations sur ce projet de désamiantage et les alternatives qui leur seront proposées. Il estime que les ONG qui oeuvrent pour cette cause depuis longtemps doivent être aussi partie prenante du projet.
Le syndicaliste Reaz Chuttoo a quant à lui salué l’initiative du gouvernement de venir de l’avant avec un plan de désamiantage. Il a toutefois invité le ministère de l’Environnement à faire très attention avec le « processing » prévu à La Chaumière. Il est aussi d’avis qu’un calendrier précis doit être établi afin de concrétiser les idées.