Face à la prolifération des maison de jeux dans le pays ayant eu pour conséquence une nation zougader, le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, a garanti qu’il s’attellerait changer cela dans le prochain budget prévu au mois de mars. Il a promis de « met lord » et de faire « enn gran nettoyaz ». Par ailleurs, il a aussi expliqué la raison pour laquelle le prix de l’essence et du diesel restera inchangé. C’était lors d’une conférence de presse, hier matin, à l’hôtel du gouvernement. Laquelle a été coanimée avec le ministre du Commerce, Ashit Gungah.
« Si enn kitsoz ancien governman finn rési, sé fer bann Morisien vinn enn nation zougader. Lor la mo donn zot, 10 lor 10. Moris finn infesté de maisons de jeux, à Triolet, Vacoas ou encore Flacq ki finn vinn enn no-man’s land à la nuit tombée ». Tels sont les propos tenus en guise de prologue par Vishnu Lutchmeenaraidoo. Et d’ajouter dans le même souffle : « Pou nou atteindre enn 2e mirak ékonomik, ek nou pou gagne li mais nou bizin enn nation motivée, disciplinée ek ki travay pou nou kapav rekonstrir. »
Ainsi, comparant la prolifération des maisons de jeux de toutes sortes à une maladie qui gangrène la nation, le ministre fait valoir que d’un point culturel, nul n’encourage ces phénomènes, précisant : « De 1983 à 90, alor ki mo ti minis, mo pas ti donn enn sel permis. » Et d’insister : « Dan prosenn bidzé, nou pou met lord ek pou nettoyé. »
Toutefois, en raison de l’appel d’offres lancé par la State Investment Corporation (SIC) à l’effet qu’un site est recherché pour un casino, Vishnu Lutchmeenaraidoo soutient que le public a le droit d’en connaître la raison. Cela fait suite à la fermeture du casino de Trou-aux-Biches en 2011. « L’ancien gouvernement nous a laissé le soin de payer les salaires d’un excédent de 250 personnes, ce qui représente environ Rs 300 millions. Ces personnes, nous ne pouvons les licencier ni ne souhaitons le faire », dit-il. Par contre, précise le ministre, il est urgent de « met lord ».
Ainsi, un ultimatum de six mois a été accordé aux casinos de Maurice pour « aret perdi larzan » et un délai de 12 mois pour « fer profit », sinon, « nou pou bizin pran décision ferme. » Car « na pa kapav servi larzan piblik ki représente Rs 450 millions pou soutenir casino, alors ki casino bizin enn source de revenus pou gouvernman ». Enfin, le nouvel emplacement recherché par la SIC servira à redéployer l’excédent des 250 employés issus de la fermeture du casino de Trou-aux-Biches.
S’attaquant à un volet de sa conférence dont la thématique était axée sur la transparence, le ministre s’est appesanti sur l’opacité qui régnait sous l’ancien régime. À titre d’exemple, il insiste que c’est ainsi que des projets coûtent bien plus cher que le budget prévu annuellement. C’est pourquoi tout projet passera par un appel d’offres comme prévu par la loi.
Dans la foulée, Vishnu Lutmeenaraidoo a indiqué que Madhukarlall Bhagwant, ancien secrétaire financier du Central Tender Board (CTB), a été nommé à la tête du Central Procurement Board (CPB). « Mo fer li 1000% konfians ek mo koné ki larzan piblik ki sacré pou servi kouma bizin, dan transparence ». Dans cette optique, l’actuel secrétaire financier, Dev Manraj, mettra incessamment en place un comité qui servira à gonfler les effectifs en vue de la création de certaines divisions.
Autre mesure adoptée pour assurer plus de transparence : l’appel à candidatures national et international pour les postes de hauts gradés tels les Chief Executive Officers. « Je demande aux Mauriciens, qu’ils vivent à Maurice ou à l’étranger, de postuler. La sélection sera objective. Si un Mauricien est méritant, il obtiendra le poste. Mais il est aussi vrai que certaines institutions ne pourraient attendre un appel d’offres, d’où le principe de nomination. Par exemple, l’on ne peut substituer un pilote, à moins de le remplacer sur le champ par un autre », dit le ministre. Et de poursuivre : « Je compte sur la population pour son soutien. Pou éna bon resilta kan nou met the right man in the right place. »
S’agissant du troisième et dernier volet de sa conférence de presse, le ministre de Lutchmeenaraidoo a expliqué qu’il n’est pas obligatoire que le prix de l’essence et du diesel diminue quand le baril connaît une baisse. Il a aussi indiqué qu’on ne peut baisser quand il faudra par la suite augmenter.
Estimant que la situation d’eau est urgente et que pour alimenter les foyers 24/7, il faudra investir massivement, au lieu de baisser l’essence par Rs 3, le prix restera inchangé. Les Rs 3 serviront à consolider le Build Mauritius Fund qui consiste à financer les projets d’infrastructures.
Prenant ensuite la parole, le ministre du Commerce, Ashit Gungah, a soutenu que l’allocation du Rodrigues Subsidy Fund (RSF) passe de 5 sous à 16 sous. Le RSF sert au transport du carburant et des denrées alimentaires à Rodrigues.