L’Association des Consommateurs de l’île Maurice (ACIM) en appelle au boycott populaire en ce qui concerne la hausse des tarifs de bus devant prendre effet demain. Elle envisage de tenir une manifestation le samedi 17 août à ce propos.
L’ACIM, qui a passé en revue les nouveaux tarifs du transport en commun, dévoilés lundi par la National Transport Authority (NTA), dit constater une hausse supérieure aux 12 % d’augmentation préconisée. Elle observe que c’est le tarif pour adulte qui reflète dans la plupart des cas l’augmentation annoncée par les autorités. Cependant, s’agissant des tarifs pour enfant et ceux des étudiants, la hausse varierait entre 12 et 40 %, dit elle.
Ce sont les voyages les plus courts (stage 1) qui accusent une hausse plus importante — 20 % (adulte et étudiants) et 40 % (enfants). « Une hausse injustifiée et hors du commun », soutient Jayen Chellum.
Le secrétaire de l’ACIM a, lors de son intervention, rappelé le contexte des précédentes hausses tarifaires, principalement dans le domaine du transport. « Il y a toujours eu des situations, comme une hausse du prix du pétrole, qui ont donné lieu à une augmentation des tarifs. Or, dans ce cas présent, le gouvernement n’avance aucune raison spécifique à ce sujet », soutient Jayen Chellum.
Lors de son élocution en présence de Venoo Ramasamy, membre de la Federation of Progressive Union (FPU), Jayen Chellum a passé en revue la situation financière des compagnies d’autobus. « Ni la Corporation Nationale de Transport (CNT), ni la United Bus Services (UBS) n’auraient déposé de bilan financier pour l’année 2012 ». Jayen Chellum, pointant du doigt ce manque de transparence, invite les Mauriciens à ne pas payer les nouveaux tarifs d’autobus, qui entreront en vigueur à partir de demain.
Venoo Ramasamy, pour sa part, a évoqué le déroulement des négociations dans le cadre de l’augmentation salariale en faveur des employés de la CNT. « Le ministre du Travail, Shakeel Mohamed, avait assuré lors des négociations que la hausse salariale n’aurait aucune incidence sur le prix du ticket d’autobus. Or, quelques jours plus tard, le ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo, a annoncé la hausse du prix du ticket de bus… », dit-il.
L’ACIM compte organiser une manifestation le samedi 17 août et invite les Mauriciens à venir dénoncer la « cherté de la vie ». Pour l’heure aucun lieu n’a été retenu pour ce mouvement de protestation.
Par ailleurs, l’ACIM appelle également au boycott du paiement de la redevance télé qui a été augmentée de 50 %. « La Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) se fait le porte-parole du gouvernement alors qu’elle est financée par l’argent des contribuables », déplore Jayen Chellum.