Deux cas de malaria ont été dépistés à la fin de mai à Quatre-Bornes, dans la région de l’Avenue Ollier. Les deux personnes, indique le ministère de la Santé, souffrent de la forme bénigne de la maladie. Une enquête a été initiée pour connaître l’origine de l’infection.
Toutes les mesures nécessaires ont été prises pour éviter la propagation de la maladie, assure le ministère qui conseille cependant à la population de maintenir la vigilance et de prendre toutes les précautions nécessaires afin d’éviter les piqûres de moustiques et empêcher leur prolifération. Dans la région de l’Avenue Ollier à Quatre-Bornes, des interventions sanitaires ont été menées à titre de mesures préventives. Par ailleurs, il est conseillé aux habitants de la région, souffrant de fièvre, de se rendre à un centre de santé de la localité ou à l’hôpital à des fins de dépistage
Dans un communiqué, le ministère a énuméré les précautions à prendre pour se protéger contre les maladies causées par les piqûres de moustiques : porter des vêtements longs couvrant les bras et les jambes ; utiliser des moustiquaires et des produits anti-moustiques (crème, lotion, spray, serpentin, diffuseur électrique), entre autres. Afin d’éviter la prolifération des moustiques, il est conseillé d’évacuer l’eau qui s’accumule sur la toiture des maisons, de vérifier que les conduites d’eau et les gouttières ne sont pas obstruées et de couvrir convenablement les réservoirs d’eau afin que les moustiques ne puissent y accéder. Il est conseillé également de se débarrasser de tout objet qui pourrait retenir de l’eau à l’extérieur (pneus usagés, boîtes de conserve, déchets ménagers), de changer l’eau des vases à fleurs au moins une fois par semaine, de défricher et de nettoyer régulièrement les terrains inoccupés, de veiller à vider l’eau des coupelles des pots de fleurs ou encore d’enlever régulièrement les feuilles mortes de la cour.
Transmis par le moustique anophèle, il existe deux types de malaria, le Plasmodium Vivax et le Plasmodium Falciparum. Le deuxième, s’il n’est pas traité, est mortel. Les symptômes de la malaria apparaissent entre dix et quinze jours après la piqûre de moustique. Les personnes les plus vulnérables au parasite de la malaria sont les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes ayant une faible immunité et celles atteintes du VIH/Sida.