La clinique Medisave a accueilli environ 250 personnes lors d’une campagne de sensibilisation aux maladies non-transmissibles qu’elle a organisée mercredi et jeudi à Quatre-Bornes. « Nous n’avons pas fait de publicité concernant cette campagne. Nous sommes juste sortis de notre bureau pour inviter les passants. Ça a été un franc succès », estime Yash Mihdidin, administrateur de Medisave.
Yash Mihdidin fait ressortir que cette campagne de deux jours a permis de détecter quelques cas de diabète qui, autrement, n’auraient pas été détectés car les personnes concernées n’ont pas l’habitude de faire tester leur taux de glucose. « Nous avons bien sûr expliqué les risques liés au diabète à ceux dont le taux de glucose était élevé dans le sang. Nous leur avons conseillé de voir un médecin pour un suivi régulier. Nous allons utiliser cette première réussite pour faire davantage pour la communauté mauricienne », ajoute-t-il. S’agissant du don de sang, la clinique a récolté 35 pintes en quelques heures jeudi. Malheureusement, une quinzaine de donneurs qui s’étaient présentés se sont vu refuser le don de sang pour des raisons médicales.
Selon Tasneem Kasenally, responsable de la communication à Medisave, cette campagne de sensibilisation a été rendue nécessaire à cause des maladies telles le diabète, l’obésité, l’hypertension ou encore les maladies cardio-vasculaires, qui gagnent du terrain à Maurice. « De nombreuses études montrent que l’hypertension et le diabète sont les fléaux qui frappent le plus sévèrement la société mauricienne », dit-elle, en ajoutant que la prévention représente un des outils les plus efficaces pour maintenir son capital santé et un état complet de bien-être.
Tasneem Kasenally indique que Medisave s’est mobilisée pour faire prendre conscience à la population des risques encourus par une mauvaise hygiène de vie et aussi lui permettre de faire le point au niveau de sa santé. « Ainsi, le public a eu droit gratuitement à des tests médicaux de base, pour connaître sa tension artérielle, son taux de glucose, son indice de masse corporelle (IMC) ou encore sa taille et son poids. Le personnel médical ainsi que le médecin interne de la clinique étaient à la disposition du public lors de ces deux journées pour interpréter les résultats et conseiller le public », dit-elle.