Faisant partie du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 5 ans, Malacca – située dans le Sud-Ouest de la Malaisie, est le plus ancien port de ce pays. Plusieurs sites et bâtiments ont été conservés pour raconter la riche histoire de cette ville, qui s’est accommodée des différentes cultures qui s’y sont retrouvées. Les anciens bâtiments et les restes du vieux fort côtoient les immeubles modernes et les centres commerciaux d’une cité qui avance vers le futur dans une ambiance spéciale.
Dans la cité, la légende raconte que, pour que le Vatican canonise le missionnaire François Xavier, son bras droit avait été découpé et envoyé à Rome comme preuve que son corps restait intact après sa mort. À Malacca, en Malaisie, un jour de mauvais temps, une forte brise avait fait tomber une branche, sectionnant la main droite de la statue de marbre érigée en hommage au saint homme qui y avait vécu. Les autorités locales y avaient alors vu là un « signe » et avaient décidé de ne pas la réparer. Impassible au temps, en haut de la colline, la statue de marbre de St-François Xavier contemple la mutation de cette ville où il a mené une partie de sa mission asiatique. D’autant que la mer était à ses pieds. Aujourd’hui, après différentes opérations de comblements, les limites de la ville ont été repoussées. Au lieu des flots : des bâtiments, des attractions touristiques, une autoroute suspendue et une manière de vivre qui englobe différentes cultures.
Ville moderne que la Malaisie veut présenter comme une destination touristique, Malacca se projette dans le futur tout en misant sur son histoire. Les ruines de la chapelle en pierre, où le corps de St-François avait été brièvement exposé avant d’être acheminé vers Goa – où il a été inhumé -, racontent le riche passé des lieux. Des pans de murs, des escaliers, une ancienne porte, quelques canons, des pierres tombales sont associés à l’ancien fort militaire, qui marque le début du parcours culturel. À l’époque, c’était de là que les Portugais montaient la garde, prêts à défendre jusqu’au bout leurs intérêts dans ce premier grand comptoir des épices, alors aussi précieuses que l’or. Construite au bord de la mer en 1262, Malacca était vite devenue un port où Indiens, Chinois et Européens affluaient pour faire des affaires. Beaucoup y sont restés et les traces de ces différentes cultures font partie du paysage de cette ville cosmopolite, qui fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco depuis quelques années.
Comme c’est le cas à Kuala Lumpur, Malacca possède aussi de grands centres commerciaux, où des produits de différentes catégories sont vendus à des prix suffisant intéressant pour attirer les amateurs de bonnes occasions et de shopping. Mais à cette opportunité, les autorités locales proposent aussi l’expérience d’un retour vers le passé dans ces ruelles où l’on passe au milieu des bâtiments traditionnels de l’époque. Des sites protégés qui racontent la manière de vivre de l’époque dans la ville portuaire, qui avait appris à accommoder ses nombreux visiteurs. Mosquées, temples, pagodes et églises – construits par les premiers arrivants – font partie des étapes de la découverte de cette ville, qui respire la quiétude. La nuit, la balade sur le canal est une attraction phare. L’occasion alors pour le visiteur de voir les différents quartiers autrement, tandis que le reflet des lumières sur l’eau apporte une note romantique à cette sortie. Ceux qui se font déposer non loin du centre-ville peuvent admirer la réplique de la Caravelle qui avait emmené les Portugais ici. Non loin du jet d’eau marquant le point central de la vieille ville, une guitare géante indique l’entrée du Hard Rock Café. Dans différents sites toutefois, la cuisine proposée repart vers les traditions. Ici, on mange beaucoup de fruits de mer et les sauces se sont accordées aux cuisines chinoise, malaisienne, portugaise et indienne, entre autres.
Dans les rues principales, des tricycles, décorés de personnages de BD, s’illuminent de rose, bleu et vert dans la nuit. Si on emprunte ces transports, c’est sans doute pour apprécier autrement cette ville qui grouille de vie et d’occasions. Les guides touristiques parlent aussi de golf, d’activités nautiques, d’artisanat et d’art, entre autres.