La visite officielle du ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, aux Maldives s’est achevée sous le signe du renouveau dans la coopération entre les deux pays. L’ambassadeur Azad Dhomun, qui a assuré la coordination de ce voyage, s’est dit pleinement satisfait de la mission accomplie. Une commission mixte Maurice-Maldives a été mise en place pour poursuivre le travail. Maurice aidera l’archipel à mettre en place les structures nécessaires pour la diversification de son économie, principalement basée sur le tourisme et la pêche actuellement. En retour, les Maldives partageront leur savoir-faire dans les domaines du tourisme et de la protection de l’environnement. Des opportunités d’emploi et d’investissement pour les Mauriciens dans l’archipel seront aussi créées.
« Vous avez su capitaliser sur la beauté naturelle de votre pays pour développer le secteur touristique, mais vous n’avez pas encore pris avantage de votre position géographique stratégique pour développer un service financier. Nous avons beaucoup à partager. Le renforcement de nos relations nous permettra de collaborer davantage. » C’est en ces termes que le ministre Duval s’est adressé au ministre du Développement économique maldivien, Ahmed Mohamed. Pour cela, a rappelé le ministre des Finances, il faut prévoir les conditions nécessaires. « Il faut, en premier lieu, améliorer le trafic aérien. Un vol direct Maurice-Maldives facilitera la communication. Les investisseurs mauriciens pourraient s’implanter ici. Il faut aussi les réglementations appropriées, comme un accord de double taxation », a-t-il poursuivi.
De son côté, Ahmed Mohamed n’a pas manqué de souligner que Les Maldives importent chaque année, environ 7 millions de rufiyaa maldivien (MRF) de produits de Maurice. Parmi, il y a les légumes, les produits textiles, les livres et autres matériels scolaires, les sacs en plastique et les bars de fer, entre autres. Le ministre maldivien a exprimé son souhait que les entreprises mauriciennes investissent dans son pays. « Nous sommes ouverts au secteur privé. Outre le tourisme, nous sommes ouverts à d’autres types d’activités comme le secteur financier, le manufacturing, la logistique portuaire. Nous voulons développer le stockage des produits pétroliers et le charbon, car beaucoup de navires passent dans la région sur le trajet Afrique-Asie. Nous cherchons des investisseurs dans le transbordement et le bunkering. »
Ahmed Mohamed précise qu’il n’y a pas de minimum requirements pour investir dans l’archipel. « Les investisseurs sont même autorisés à transférer leurs profits hors du pays. Le seul secteur où nous avons des restrictions est celui de la pêche. Nous avons des lois très sévères pour protéger notre mer et le gagne-pain de nos pêcheurs. »
Le ministre des Affaires étrangères maldivien, qui assure l’intérimat à la Santé, Abdul Samad Abdullah a pour sa part invité les professionnels de santé mauriciens à venir travailler dans l’archipel. « Nous avons beaucoup d’expatriés, principalement du Népal et d’autres pays de la région, qui travaillent ici. » Le ministre Xavier-Luc Duval a, lui, proposé l’aide de Maurice dans la formation des infirmiers. « Certains patients nécessitant des soins plus poussés peuvent également faire le déplacement vers Maurice. Cela pourrait être facilité par le vol direct entre les îles. » Abdul Samad Abdulla a pour sa part souhaité que le secteur privé mauricien investisse également dans le secteur de la Santé.
Lors de sa rencontre avec le ministre du Tourisme, Ahmed Adeeb Abdul Gafoor, Xavier-Luc Duval a tenu à le féliciter pour la manière dont Les Maldives ont su vendre leur tourisme. Le ministre Gafoor a laissé entendre que le concept one island one resort est pour beaucoup dans ce succès. « Notre actuel branding “Maldives : the sunny side of life” nous permet de générer un milliard de USD par an. Cependant, certaines faiblesses ont été notées. Nous avons beaucoup investit dans les hôtels, mais pas dans les infrastructures, notamment au niveau de l’aéroport. »
Concernant l’organisation Les Îles Vanille, Ahmed Adeeb Abdul Gafoor a confié qu’il en avait entendu parler grâce à Alain St Ange, le ministre seychellois du Tourisme. « Je trouve que c’est une bonne idée. Les îles doivent travailler ensemble. » Le ministre Duval a ajouté que Maurice a beaucoup à apprendre des Maldives, notamment en ce qui concerne la gestion des touristes chinois et européens à la fois. « Nous voulons savoir comment attirer les touristes chinois et quels produits leur proposer. »
La coopération Maurice-Maldives se poursuivra avec l’arrivée d’une délégation maldivienne à la mi-février  pour la signature d’un accord sur l’accès aérien. Les autorités maldiviennes souhaitent aller vite avec ce dossier et opérer les premiers vols directs avant juillet 2013. C’est la compagnie privée Mega Maldives, représentée à Maurice par Meridianafly, qui desservira cette ligne. Elle souhaite opérer un vol triangulaire Chine-Maldives-Maurice. Avec un tel concept, Mega Maldives souhaite proposer un package Maldives-Maurice aux touristes chinois, et en retour, transporter vers les Maldives, les touristes africains, réunionnais et mauriciens, entre autres.