Eliézer François, leader du Mouvement Authentique Mauricien, prévoit bientôt une manifestation devant les locaux de la National Transport Authority à Cassis. Le grief : ses deux lettres sur la politique de « deux poids deux mesures » à la NTA concernant des irrégularités sur nos routes, en particulier l’occupation illégale des zones de stationnement, sont restées jusqu’ici sans réponse.
Dans une lettre adressée à la National Transport Authority (NTA) le 22 décembre dernier, Eliézer François s’indigne du « manque de courtoisie » de la part de l’organisation qui a omis d’accuser réception de sa précédente lettre, soit celle du 14 décembre qui met en lumière des « illegal occupations of Parking Zones ».
« Following the representations I made to you on 14 December 2011 as Commissioner of the NTA, on behalf of all law abiding citizens and well behaved motorists, about the illegal occupation of Parking Zones, especially in the centre of Port Louis, I feel amazed by the inactions of your Traffic Wardens so far. I feel even more concerned by the NTA’s display of lack of courtesy and good manners in failing to acknowledge receipt, at least, of my registered mail to you. Anyway, I am providing you with some more information which, I hope, will help your Traffic Wardens to perform their duties without favouritism and discrimination (Politik get figir,) most particularly in the centre of Port Louis », explique le leader du Mouvement Authentique Mauricien (MAM).
Eliézer François fait état dans sa correspondance d’autres cas d’irrégularité sur nos routes, en particulier dans la capitale, par des chauffeurs de taxi. Ce dernier courrier du leader du MAM serait aussi resté sans réponse.
« Since you have not taken any positive actions, so far, to address the issue in the interest of road users and the public in general ; since you have not even dared to acknowledge receipt of any of my two letters, simply as a gesture of courtesy, I regret to inform you that MAM will soon organise protest public meetings in front of the NTA at Cassis », souligne M. François dans une correspondance à la NTA hier, avec copie au Commissaire de Police.