Diana Flore et son équipe du Tonnelle Group, en collaboration avec le Rotaract Club de Port-Louis, ont procédé dimanche après-midi à la distribution de 200 paires de savates et de kits d’hygiène aux sans-abri de la capitale. Un dîner leur a également été offert, comme chaque dimanche, après la messe en l’église Immaculée Conception. Solidarité et partage sont au rendez-vous chaque dimanche pour redonner de l’espoir aux « Mam blessés ».
Environ 200 sans-abri sont accueillis chaque dimanche au Centre Social Marie Reine de la Paix. Tradition de volontariat que cherchent à garder Diana Flore et son équipe pour le bien-être des « rejetés ». Cette semaine, les membres du Rotaract Club de Port-Louis ont apporté leur soutien à cet élan de solidarité en offrant des kits d’hygiène et des savates aux sans-abri, animant le dîner sous le thème “Walk with Dignity”. Les différents sponsors ont été remerciés pour leur aide, le message d’espoir aux sans-abri étant « nou pann bliye zot e tou seki nou pe fer se pou zot ». Pour certains, ces personnes sont tout simplement « des clochards sans importance qui traînent les rues à mendier », avec un manque considérable d’hygiène de vie. Mais pour d’autres, ce sont avant tout des êtres humains, sans un toit pour se réfugier. « Sa bann dimounn la koumadir nou fami sa. Mo santi mwa kouma enn mama pou zot », déclare Angela Bon, volontaire du Tonnelle Group. Diana Flore, présidente de cette association caritative, insiste sur l’amour et le réconfort qu’il faut donner « à ceux méprisés au quotidien par la société ». Elle ajoute : « Cela fait déjà 25 ans que nous essayons d’aider les Mam San Baz. Nous les accueillons pour leur offrir ce qu’ils n’ont pas en l’espace d’un soir, c’est-à-dire de l’attention et un foyer pour quelques heures ».
Le travail du Tonnelle Group pour les sans-abri commence chaque dimanche à 16 h, où ces derniers sont accueillis au Centre Social Marie Reine de la Paix pour des jeux, un rasage et la possibilité de se faire couper les cheveux. Une petite équipe prépare un goûter avant une cérémonie religieuse avec témoignages à l’église Immaculée Conception, pour toutes communautés confondues. « C’est lors de ces cérémonies qu’il nous arrive d’apprendre la mort d’un d’entre eux et nous prions pour eux », continue Diana Flore. Les repas sont servis à 18 h. Ce moment requiert une certaine organisation de la part des volontaires qui « avec de l’expérience devient une tâche facile à accomplir ». La récompense reste « la gratitude des sans-abri et leur présence hebdomadaire », confie-t-elle. Pour ce qui est des volontaires, le nombre varie en fonction des disponibilités. « Nous pouvons être une trentaine parfois ou nous retrouver à cinq ou six. Mais ce n’est pas cela qui nous empêche d’être au service et à l’écoute de nos Mam San Baz ».
« Un vrai cauchemar »
Le quotidien des Mam San Baz serait un vrai cauchemar. « Ena ki travay, ena ki pa travay. Bann seki travay gagn enn ti kass me selman sa pa reste. Dimounn kokin zot akoz zot lor sime e pena nanye ki kapav protez zot. O final zot perdi zot kass e li bien difisil pou resi zwenn le de bout ».
Jean Pierre (Ti Pier) dort dans les environs du Champ-de-Mars. Son désir : avoir un toit avec l’aide du gouvernement. « Kan mo ti tipti, mo ti orfelin ek monn grandi dan enn lorfelina. Mo pann al lekol e mo pann kapav aprann. Bannla ti dir ki mo ti pou gagn enn lakaz me azordi mo ankor pe dormi lor koltar. Mo pa konn lir ni ekrir. Tou le swar mo dormi dan fresser e li danzere pou mwa. Ena fwa dimounn fer mwa mesanste, zot fer mwa gagn per. Zot pass lame ar mwa zis pou kokin mwa. Kot mo pe dormi, pena lalimier ni proteksyon lapolis », déclare-t-il. « Mo sarye panye dan bazar pou gagn kass. Mo touss enn ti pansyon me li zis ase pou aste dipin. De fwa mo gagn manze dan bazar. Mo bann fami inn rezett mwa. Zot fer koumadir zot pa kone kot mo ete. Zot pa interesse pou retrouv mwa ».
Rosie Anna fait, elle, face à une autre réalité. Habitante des Salines, elle vit dans une vieille maison sans toit et ne peut élever sa fille. Son mari l’a abandonnée, adepte de la bouteille. C’est son fils de 22 ans qui essaye de s’occuper d’elle tout en étudiant. « Mo viv dan enn lakaz kase ki nepli ena plafon e lorla pe bizin pey lwaye. Mo pa travay e se mo bann vwazin ki ed mwa. Bannla donn mwa manze e okip ledikasyon mo tifi. Mo mama, mo granmer ek mo papa inn fini mor. Se zis de fwa ki mo granmer ki pran mwa kont. Dimounn zenti ar mwa. Zot donn mwa manze… »