Alors qu’elle s’efforce de sensibiliser les jeunes de la région de Mahébourg sur l’importance de préserver les mangroves (comme on appelle communément une concentration de mangliers), l’Ong Eco-Sud ne peut cacher son irritation devant « l’indifférence » des autorités à sa demande d’autorisation pour installer des panneaux de sensibilisation à Pointe-Jérôme. Ses démarches répétées ont été vaines jusqu’ici.
« Pour la première fois de son histoire, Eco-Sud s’est lancée depuis 2010 dans un projet visant à préserver l’écosystème marin et côtier de Blue-Bay, Pointe-D’Esny et Pointe-Jérôme à travers un projet intitulé “Lagon Bleu” pour lequel elle a obtenu le soutien du PNUD à travers son GEF Small Grants Programme, ainsi que celui de la Mauritius Commercial Bank, entre autres », explique la secrétaire de l’Ong Doris Sénèque. « Les Mauriciens seront  probablement intéressés de savoir qu’Eco-Sud fait de la sensibilisation sur la protection des mangroves auprès des écoliers du cycle primaire à travers notre projet “Lagon Bleu” », ajoute la porte-parole de l’Ong.
C’est ainsi, poursuit notre interlocutrice, que depuis quelques années, Eco-Sud a sensibilisé et encouragé ces écoliers à des mangliers à Pointe-Jérôme, et ce grâce au parrainage, entre autres, du groupe GML. Dans ce contexte, ajoute Doris Sénèque, Eco-Sud a  créé des panneaux de sensibilisation pour attirer l’attention du public sur l’effort de ces enfants à vouloir préserver les mangroves et à la nécessité de préserver la zone plantée.  
Selon le secrétaire, l’Hotel Preskil Beach Resort, situé à Pointe-Jérôme, Mahébourg, leur a donné l’autorisation de placer sur son terrain un des 3 panneaux préparés. « Cela a été fait depuis le 6 octobre dernier et nous remercions la direction de cet hôtel, qui a compris l’enjeu de nos démarches ! », explique-t-elle. Cependant, les choses n’iraient pas aussi bien du côté des autorités compétentes. Et Doris Sénèque d’expliquer : « Les deux autres panneaux qu’on nous avait livrés le 6 octobre dernier ont dû être stockés dans la cour du bureau de “Lagon Bleu” en attendant d’obtenir les autorisations des ministères concernés pour les placer à Pointe-Jérôme. Autorisations qui, malheureusement, tardent à venir, chaque autorité contactée nous renvoyant à une autre », s’indigne-t-elle.
Doris Sénèque affirme avoir en vain multiplié jusqu’ici les démarches pour obtenir les autorisations nécessaires afin d’installer les deux panneaux de sensibilisation. « On nous renvoie de bureau en bureau, de ministère en ministère. C’est à ne rien comprendre. La dernière démarche qu’on nous a demandée d’entreprendre est d’écrire au ministère de l’Économie océanique, des Ressources marines, de la Pêche, des Services maritimes et des Îles éparses. Nous l’avons fait, mais aucune réponse jusqu’ici, et même pas, par politesse, un accusé de réception », poursuit-elle. La secrétaire de l’Ong se dit d’autant plus « remontée contre cette indifférence des autorités » que le gouvernement, et les ministères de l’Environnement et de la Pêche en particulier, « s’époumonent à dire aux Mauriciens de protéger les écosystèmes » terrestres et marins. « Pourquoi le geste ne suit-il pas la parole ? C’est un très grand mystère ! », s’offusque-t-elle.