Le Front Commun des Travailleurs Sociaux (FCTS) devait tenir une manifestation devant le siège de l’IBA ce matin pour contester les directives de l’Independent Broadcasting Authority (IBA) au sujet des émissions politiques, mais des suites d’une conversation quelques heures plutôt avec le chairman Trilock Dwarka, celle-ci a été annulée.
Salim Muthy s’est contenté de faire une déclaration à la presse : « Trilock Dwarka nous a informé qu’il devrait cet après-midi être en présence des contre-propositions des radios et nous attendons avec impatience la décision de l’IBA ». Si la décision du régulateur ne le satisfait pas, le FCTS tiendra une manifestation pacifique demain devant le siège de l’IBA à 11 h. « Le pep bizin koze. Se zot ki pou pran desizion ki sane-la pou vote. Zot ena drwa a la-parol », a déclaré le porte-parole du FCTS. Ce mouvement propose un broadcast delay de 40 secondes, voire plusieurs minutes, afin d’éliminer/censurer les propos de certains auditeurs qui pourraient être considérés comme diffamatoires ou non équitables, entre autres.
Salim Muthy ajoute par ailleurs que les auditeurs ont le droit de formuler des critiques envers l’IBA au sujet de sa décision d’émettre des directives dans le cadre de la campagne électorale pour les villageoises et les municipales. Dans ses directives publiées le 20 novembre dernier, le régulateur, pour rappel, interdit entre autres aux radios privées et à la MBC de diffuser des émissions politiques de type « Phone-in/Call-in » en direct ou enregistrées, cela du 20 novembre 2012 jusqu’au « close of polling », soit jusqu’à la fin du processus électoral, le lundi 10 décembre. « Li anti-demokratik ek antikonstitusyionel ki dimounn pa gagn drwa fer remark contre l’IBA… Fodre pas bliye ki se larzan piblik ki fer la paye IBA », affirme Salim Muthy.
Du côté de l’IBA, on affirme attendre les contre-propositions des radios, qui selon nos informations devraient être soumises cet après-midi.