« Caritas bizin led NEF pou bann sinistre », peut-on lire sur leurs pancartes. Les grévistes de St-Malo se sont rendus ce matin aux abords du bâtiment d’Air Mauritius, à Port-Louis, pour sensibiliser à leur sort et remettre une lettre au ministre de l’Intégration sociale, Alain Wong.

Le but de cette bataille : obtenir un logement des autorités suite au passage du cyclone Berguitta, qui a ravagé les leurs. Ces familles ont été forcées de rester durant six mois dans le centre communautaire de St-Malo, à Baie-du-Tombeau. N’ayant nulle part d’autre où aller.

Des neuf familles qui avaient entamé une grève de la faim au Jardin de la Compagnie — après leur expulsion du centre —, quatre ont obtenu une maison de la National Housing Development Company. Et cinq autres ont reçu un logement temporaire de Caritas, une initiative du Diocèse, suite à l’aide du Vicaire général Jean Maurice Labour.

Baby Joson, de Debout Citoyen, explique que cela fait « plusieurs jours » qu’ils sont en attente d’un retour de la National Empowerment Foundation (NEF). Ils veulent être éclairés sur les dates à laquelle les maisons qu’ont leur à promises vont être complétées — une information qui a été refusée même au Vicaire général.

Les familles souhaitent toute que le Premier ministre, Pravind Jugnauth, intervienne auprès du ministre Alain Wong afin de pouvoir obtenir cet éclaircissement de la NEF « dans le plus bref délai ».