Ils n’étaient que 200 irréductibles manifestants de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) à marcher samedi dans les rues de Rose-Hill pour protester contre le travail précaire et pour réclamer des conditions décentes de travail. Mais ces 200 Mauriciens faisaient en fait partie des 175 millions de travailleurs de 315 organisations de 156 pays et territoires qui répondent à l’appel de la Confédération syndicale internationale pour marquer la Journée mondiale pour le travail décent, célébrée le 7 octobre.
« Lindi 7 oktob se Zurne mondial pou travay desan. Ena, ansam avek nou, 175 millions travayer dan le mond, ki dan 315 organizasyon sindikal de 156 pei et teritwar ki pe komemore sa zur-la. Nou nou komemore la Journée mondiale du travail décent zordi samedi parski le 7 oktob li enn lindi », a d’emblée expliqué la porte-parole de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), Jane Ragoo, devant le siège de la confédération syndicale, derrière le marché de Rose-Hill, peu avant la manifestation.
« Le travay desan vedir enn travay ki permet enn travayer gagne enn saler kot li ek so fami kapav viv bien, kot li gagne enn bon lanvironma travay, kot pena risk pou so la sante ek so sekirite, ek kot li ena sekirite lamplwa, kot pa met li deor dan travay brit brit », a ajouté la porte-parole de la CTSP.
« Depi ki finn vot l’Employment Rights Act ek l’Employment Relations Act le 28 fevrie 2009, sa de lalwa travay-la nepli protez travayer. Depi sa, travayer sekter prive finn perdi tou zot bann drwa fondamantal kuma travayer. Moris, se le sel pei au mond, kot enn patron kapav met travayer deor san donn li okenn rezon ek san bizin pei li enn sou kompansasyon ».
Par ailleurs, a poursuivi l’intervenante, 100 000 travailleurs à Maurice rapportent un salaire de moins de Rs 6 000 par mois chez eux. « Plis ki 100 000 travayer vive dan povrete, malgre ki mari ek fam pe travay », a-t-elle déploré.
Jane Ragoo a par ailleurs affirmé qu’alors que le pays compte déjà officiellement 46 000 chômeurs, les autorités font venir des travailleurs étrangers. « Partou pe fer travayer etranze vinn travay dan Moris, kot pe donne zot enn saler de mizer ek bann kondisyon travay deplorab. Travayer morisien zot met deor », a encore expliqué la syndicaliste.
« Olie depans kas pou fer developman pou ki Morisien gagne travay, zot pe depans Rs 2 milliards pou tir enn nouvo kart idantite ki pa servi gran soz. Sa nouvo kart idantite-la pou fer travayer vinn prizonie, kot zot oblize donn zot lenpreint ek zot foto. Okenn sitoyen pa pou ena kontrol lor sa kart la. Zot pou kapav fer seki zot anvi ek ou bann linformasyon prive ».
La porte-parole de la CTSP a d’autre part dénoncé la politique salariale du gouvernement. « Politik salarial dan sekter prive apovri travayer ek anrisi patron ! » a-t-elle affirmé. « Nou kontan ki le 100 000 fonksyoner gagne revision zot saler ek PRB. Me travayer sekter prive pa finn gagne okenn revision saler depi lontant. Kuma oule ki enn dimounn viv ek en saler de mwin de Rs 6 000 par mwa, alors ki enn panie rasyon en septam 2013 kut Rs 8 732.50, selon bann kalkil ki nou finn fer ? » a-t-elle lancé.
« Eski ena travay desan dan Moris ? » a alors demande Jane Ragoo à ceux présents.
Reeaz Chuttoo s’est lui apesanti sur les revendications de la CTSP dans le cadre de la JMTD