« Il y a 6 400 retraités de l’Industrie sucrière qui ne reçoivent pas leur treizième mois et leur compensation salariale. Nous réclamons justice ! » C’est ce que déplore l’Association of Retired Workers of the Sugar Industry (ARWSI), qui a tenu une manifestation pacifique à ce propos à la mi-journée devant l’Hôtel du Gouvernement. Ses membres ont par ailleurs formulé d’autres revendications et si aucune réponse n’est obtenue en leur faveur ; l’association compte organiser une marche pacifique et une grève de la faim.  
Sur les pancartes des manifestants, on pouvait entre autres lire à la mi-journée : « Amand SIPF Act pou ki 13e mois ek CPI (Consumer Price Index) vinn obligatoir sak lané » ; « Pa bliye ki dan sak fami morisien ena enn dimoun kinn travay dan lindistri sikriyer » ; « Avek nou la siyer ek disan ki Moris finn konstrir » ; « Depi 2009 SIPF refiz diskit an prezans avokat kifer ? »
Selon le secrétaire de l’Association of Retired Workers of the Sugar Industry (ARWSI), le Sugar Industry Pension Fund a été créé en décembre 1955 à une époque où il n’existait aucun autre système de pension. « C’était la première pension créée pour le secteur privé. Aujourd’hui, 6 400 retraités ne perçoivent pas leur treizième mois ni leur compensation salariale depuis 2009. » Et d’ajouter : « S’ils avaient eu le choix à l’époque de quitter cette pension pour entrer dans le NPF en 1978, ils l’auraient fait. Mais, on avait alors mené une campagne pour dire que la pension de l’Industrie sucrière était meilleure que celle du gouvernement. Ce qui était complètement faux », estime M. Maudhoo.
Les membres de l’ARWSI disent avoir approché les ex-ministres des Finances Rama Sithanen, Pravind Jugnauth et l’actuel ministre des Finances Xavier-Luc Duval en vain. « Pravind Jugnauth avait même indiqué dans son discours budgétaire de 2010, au paragraphe 366, qu’il allait apporter les amendements nécessaires mais aujourd’hui, en 2012, rien n’a été fait. Quant à Shakeel Mohamed, il nous a aidé mais comme cela n’est pas tout à fait de son ressort, il a référé l’affaire au Conseil des Ministres. On attend toujours me nou pe manz salad ».
Le secrétaire de l’ARWSI soutient que les retraités en question comprennent des personnes « de 76 à 80 ans. Si rien n’est fait en notre faveur, on ira vers une grève de la faim. Les ban vye dimoun mor de fin ».
Autres revendications : que les anciens employés ayant pris leur VRS en 2001 soient remboursés pour leurs overseas leaves qu’ils n’ont pas pris ; que la famille du retraité reçoive un funeral grant à son décès et enfin, qu’on amende la loi en ce qui concerne les 600 000 employés des secteurs privé et public qui décident de partir à la retraite à 60 ans au lieu de 65 ans afin qu’ils bénéficient des avantages y relatifs. « Le commissaire du NPF lui-même a reconnu l’an dernier lors d’une rencontre avec nous qu’il y avait une erreur au niveau de la loi des retired benefits et qu’il faut un amendement. Mais, jusqu’ici, rien n’a été fait et entretemps les retraités concernés sont pénalisés. »