La Federation of Hotels Taxi Associations (FHTA), s’associant à la Fédération des Travailleurs Unis (FTU), tient un nouveau rassemblement demain à 14h, Place Margéot, Rose-Hill. Après la manifestation en août dernier à Port-Louis, où quelque 200 chauffeurs de taxi d’hôtels s’étaient massés devant le bâtiment d’Air Mauritius, il sera question demain d’interpeller les autorités quant à leur inaction concernant la situation des chauffeurs de taxi d’hôtels.
Les taximen d’hôtels ne chôment pas. Pour cause, la FTU et la FHTA tiennent conjointement un rassemblement en plein centre de Rose-Hill demain après-midi pour faire entendre leur voix. « Une alliance était inévitable pour faire comprendre que des gens sont toujours exploités et ignorés dans le processus de développement économique. Le nombre de personnes au chômage en est la preuve », fait comprendre Atma Shanto, porte-parole de la FTU.
Parmi les sujets qu’aborderont demain les différents responsables de ces fédérations : le nombre croissant d’opérateurs illégaux dans les hôtels, le rôle de la National Transport Authority, les difficultés rencontrées au quotidien par les chauffeurs opérant aux abords des hôtels de l’île, l’introduction de packages « all-inclusive » et de « free shuttles » pour les excursions, et des sorties en groupe avec des véhicules du privé loués – ce qui a une incidence sur les revenus des taximen d’hôtel. Il sera également question de la révision des deux lois du travail et celle de la santé et de la sécurité au travail, surtout après le décès de Gérard Baya, victime d’un accident de travail à l’usine d’Alteo ltd.
Par ailleurs, les manifestants mettront l’accent sur le comité interministériel institué après la manifestation des taximen en août dernier, et une pétition sera remise au ministère de l’Infrastructure publique. Ce comité est chargé de soumettre ses recommandations en vue de répondre aux doléances des taximen d’hôtels. Un comité interministériel avait en effet été institué au lendemain de ce rassemblement sur décision du conseil des ministres. Il est présidé par le DPM et ministre du tourisme, Xavier-Luc Duval, et est composé des ministres de la Fonction publique, Alain Wong ; de l’Infrastructure publique et du Transport, Nando Bodha ; de l’Intégration sociale et de l’Economic Empowerment, Prithvirajsing Roopun ; de l’Industrie, du Commerce et de la Protection des Consommateurs ; Ashit Gungah ; et du Travail et des relations industrielles, Soodesh Callichurn.
Au cours de cette première réunion, certaines propositions avaient été formulées par le comité, et les chauffeurs de taxi ont pu soumettre leurs contre-propositions et commentaires. Le comité devrait se rencontrer dans un délai de vingt jours, chose qui n’a pas été faite…
« Plus d’un mois s’est écoulé depuis la première et dernière rencontre avec ce comité interministériel. Où en sont les choses ? Nous comprenons que Xavier-Luc Duval était à un moment occupé lorsqu’il assumait l’intérimat comme Premier ministre, mais sir Anerood Jugnauth est de retour au pays », laisse entendre Atma Shanto, qui se demande si le comité en question a été gelé ou non.