Intervenant samedi dernier à Rose-Hill lors d’une manifestation, l’activiste social Jack Bizlall a fait une violente sortie contre les travailleurs, les accusant d’être « des traîtres » à leur propre cause. Cette manifestation avait été organisée par la Confédération de travailleurs du secteur privé pour marquer le septième anniversaire de l’Employment Rights Act et de l’Employment Relations Act, les deux lois du travail que cette confédération syndicale juge contraires aux intérêts des travailleurs.
« Mo pa per personn, dan gouverma ni ayer. Ou kone ki mo per? Mo per bann travayer. Parski boukou travayer, zot tret a lakoz bann travayer », a fustigé l’activiste social, Jack Bizlall, devant une bonne centaine de participants réunis devant le Plaza. C’était à l’issue d’une manifestation organisée samedi dans les rues de Rose-Hill par la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) pour marquer le septième anniversaire de la promulgation de l’Employment Rights Act et de l’Employment Relations Act, les deux lois du travail que cette confédération syndicale juge « contraire aux intérêts des travailleurs ».
« Zot tret ar lalit travayer, zot las, zot kapon, zot vander », a martelé Jack Bizlall, avant de nuancer ses propos pour ceux qui étaient présents samedi et qui avaient marché dans les rues de Rose-Hill à l’appel de la CTSP. « Me bann ki isi zordi, zot pa koumsa », a-t-il concédé.
Dans ce contexte, l’activiste social a exhorté les travailleurs qui ont participé à la manifestation de faire circuler le message de la CTSP. « Pass mesaz ki ou finn gagne zordi ar ou bann kamarad lor sit travay… Fer de sort ki ansam ek tou ou bann kamarad travayer, zot desann lor lari kan ena enn lot manifestasyon, kinport federasyon ou syndika ki organiz li », a-t-il insisté.
Au début de son intervention, Jack Bizlall s’en est pris avec virulence contre le gouvernement de l’Alliance Lepep, l’accusant de « donner le mauvais exemple au secteur privé ». «Pli gran erer ki enn gouvernma kapav fer se kan li donn sekter prive lexanp; li met dimounn deor limem », s’est-il indigné. « Premie laksion ki sa gouvernman la inn fer kan li finn pran pouvwar an desam 2014, zot bez dimounn deor dan Road Development Authority (RDA), dan Mauritius Port Authority (MPA), dan minisipalite», a illustré Jack Bizlall.
Selon l’activiste social, le gouvernement de sir Anerood Jugnauth a ainsi « montré la voie au secteur privé » pour licencier des travailleurs. « Gouvernman inn ouver sime. Li dir sekter prive ‘ou osi ou gagn drwa met dimounn deor’, » a-t-il ajouté. C’est ainsi, d’après l’intervenant, que l’emploi d’environ 200 personnes est menacé à la MBC.
D’autre part, Jack Bizlall a accusé des membres du gouvernement de favoriser leurs partisans. « La fek rekrite, zot konn zis zot dimounn ki zot kone, ki finn gagne », a-t-il avancé. «Manier ki pe ale-la, enn zour pou ena enn mari revolt dan sa pei-la », a-t-il invoqué. Et de poursuivre, « e si bizin vir bol dal, va bizin vir bol dal. Parski inn ariv enn moman si pa zot se nou, si se pa nou se zot !».
L’intervenant a, par conséquent, exhorté les travailleurs à se réveiller, à se mettre debout derrière leurs syndicats pour défendre leurs droits et faire entendre leur cause. «Ziska ler zot ankor lor nou, kan eski nou pou lor zot? Kan nou pou reziste? Ena inpe kouraz, res ar zot syndika, lite zot pou gagne », a-t-il martelé.
La présidente de la CTSP, Jane Ragoo, a, elle, expliqué que depuis la promulgation de l’Employment Rights Act (ERiA) et de l’Employment Relations Act (EReA), sa confédération organise une manifestation pour sensibiliser le gouvernement à la nécessité d’amender ces deux lois en faveur des travailleurs. «Sa de lalwa-la finn fer lalit travayer rekile », a-t-elle avancé, avant de rappeler les revendications de la CTSP (voir encadré). Dans ce contexte, Jane Ragoo a dénoncé les promesses non tenues du gouvernement de l’Alliance Lepep envers la classe des travailleurs. « Bann l’Alliance Lepep, zot mem zot finn dir ki lalwa pe kraz travayer… Me kan zot finn pran pouvwar, zot pa finn fer nanie ziska aster pou ki zot sanz lalwa-la », a-t-elle relevé.
Par ailleurs, le secrétaire de la CTSP, Reeaz Chuttoo, s’est pour sa part élevé contre un projet d’augmenter les frais légaux de Rs 1 300 à Rs 10 000. «Pe al dan enn direksyon kot ti dimounn mizer pa pou gagne akse a la zistis, telma li pou vinn ser !», a-t-il décrit. Cela avant de déplorer et dénoncer la « repression syndicale dans le secteur privé ».
Le négociateur syndical de la Federation of Progressive Unions, Ivor Tan Yan, a pour sa part longuement plaidé pour l’unité des travailleurs.
Me Dev Ramano, Venoo Ramasawmy, René Laffond et Claudette Gaffoor ont également pris la parole.