« Aprè 15 à 37 ans banané servis zordi nou finn gagnn enn grand coup pied…  » C’est ce qu’on pouvait lire sur les pancartes que brandissaient hier, les 18 personnes mises à la porte de l’hôtel Le St-Géran ces derniers jours, en raison, selon l’établissement, de difficultés financières. Accompagnés de leurs proches, de quelques employés l’hôtel Le St-Géran et d’autres employés d’autres hôtels du voisinage, ainsi que des représentants de la Fédération des Travailleurs Unis (FTU), ces ex-employés ont ainsi manifesté leurs griefs devant l’établissement hôtelier, réclamant leur réintégration sans conditions. Selon eux, « les raisons évoquées par la direction ne sont pas plausibles, car outre les gaspillages de tous genres dans tous les départements, les expatriés sont en train de prendre tous les postes ». « Mauriciens pa gagn travay acoz étranger », déplorent-ils, réclamant que les autorités ouvrent une enquête sur leur licenciement et les expatriés actuellement en poste au St Géran Hotel.