Face à un « gouvernement fort » et une « opposition inexistante », la Fédération des travailleurs unis (FTU), la Federation of Progressive Unions (FPU) et la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) ont constitué un Front Commun Syndical Anti-Licenciement (FCSIL). Ce front invite les travailleurs à manifester leur solidarité à un rassemblement dimanche prochain à 15 h sur la Place Margéot, à Rose-Hill.
« Bann travayer Moris pe retrouv zot dan enn sitiasyon san presedan ki nessesit enn aksyon syndikal inifie. Depi eleksyon zeneral, e sirtou depi rezilta eleksyon minisipal dimans dernye, bann travayer Moris ena en fas de zot enn gouvernma santral for o nivo nasyonal e nivo bann lavil alor ki lopozisyon dan pei inekzistan. Dans ce contexte, les syndicats ont à jouer un rôle très important pour la défense des travailleurs », a déclaré le président de la FTU, Atma Shanto, lors d’une rencontre avec la presse à la mi-journée. Il était entouré d’Ivor Tan Yan, de la FPU ainsi que de Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo, de la CTSP. Atma Shanto a déploré les licenciements, la dégradation des conditions d’emploi et le gel des salaires que connaît le pays. « Bann santral syndikal ki konbatt pou sekirite danplwa bann travayer, kont lisansima sovaz e ki krwar dan lavenir travayer bizin marye pike ek bann lezot travayer syndike pou fer tann zot soufrans », a-t-il martelé.
Selon Ivor Tan Yan, les travailleurs vivent avec la peur de perdre à tout instant leur emploi. « Deza, sou preteks netwayaz, de santenn de travayer inn perdi plas. Ena zame ti panse dan zot pir kosmar ki enn zour zot ti pou perdi plas. Ena pe viv avek enn laper perdi zot plas », a-t-il avancé. Il a cité, entre autres, les travailleurs d’IREKO, de Publico, d’Apollo Bramwell, d’Iframac, de Courts, de Bramer Assets Management, de Star Knitwear ainsi que ceux du secteur de la construction. « Sa bann travayer-la, avek zot fami, bizin vinn eksprim sa laper ki zot pa finn kapav eksprime dan sa de eleksyon ki finn passe-la. Bann syndika e bann travayer bizin koste si zot le defann zot intere. Fode pa ki zot less laper anpess zot revandik zot drwa », a-t-il ajouté.
Reeaz Chuttoo a, lui, déploré le « silence » des fédérations syndicales de la Fonction publique alors que les travailleurs du secteur privé sont « frappés de plein fouet » par cette vague de licenciements, de perte de droits acquis et de dégradation de leurs conditions d’emploi. « Mo konpran ki zot an plin negosiasyon pou PRB e ki li intelizan pa deplerr gouvernman, me zot bizin kapav montre zot solidarite dan sa bann momen difisil ki nou pe kone-la », a-t-il fait ressortir. Déplorant la « fragmentation syndicale », il a toutefois ajouté que « li inpe natirel parski sekter piblik na pa dirize par mem lalwa ki sekter prive ». Il poursuit : « Zot ena PRB, nou nou ena bann Remuneration Order anba National Remuneration Board. Enn diskriminasyon ki nou bizin kombat ansam. »
Reeaz Chuttoo a déploré que l’Alliance Lepep « ait fait le contraire » de ce qu’elle avait promis aux travailleurs. « Nou ankor pe atann bann amandman ki zot ti dir zot pou amene dan lalwa travay. Finn ena boukou plas perdi olye kreasyon danplwa. Ti travayer inn perdi plas, me gro kapitalis pa finn perdi narien. » Jane Ragoo a pour sa part invité les travailleurs – syndiqués ou non – ainsi que leurs proches à venir manifester dimanche à Rose-Hill. « Nou pou bizin degaz ansam enn stratezi pou ki nou fer gouvernman e bann patron antann nou la vwa. »