La Fédération des Travailleurs Unis (FTU) a manifesté devant la Government House à la mi-journée contre la manière dont le salaire minimum sera calculé. Selon lui, il serait inapproprié d’y inclure les allocations pour la production et les heures supplémentaires, entre autres. Il déplore également le fait que le ministre du Travail, Soodesh Callychurn, n’ait pas réagi face à cette possibilité, avant de rappeler que le salaire minimum « est une promesse électorale ». Par ailleurs, il dénonce les entreprises qui ne sont pas en règles avec le National Pension Fund, ce qui priverait leurs employés de la Negative Income Tax.
Cette manifestation organisée à Port-Louis aujourd’hui est une prise de position de la FTU sur le salaire minimum, a indiqué Atma Shanto. « Bien sûr, nous avons nos camarades au National Wage Consultative Council qui font la pression, mais nous devons aussi faire entendre notre voix. Car la manière dont le conseil veut procéder est inacceptable. » Celui-ci se réfère aux déclarations du président du NWCC et de Business Mauritius. « On ne peut inclure les “overtimes” et autres bonis liés à la production dans le calcul du salaire minimum. Qui dit salaire, implique le salaire de base, qui est une somme fixe. »
Il rappelle également que le salaire minimum est « une promesse électorale du gouvernement » MSM-ML. « Il faut respecter votre promesse ! Dans ce contexte, je dénonce le silence du ministre du Travail, Soodesh Callychurn, devant la tournure des événements. C’est un silence coupable. C’est comme si nous n’avions pas de ministre du Travail dans ce pays. »
D’autre part, Atma Shanto fustige également le gouvernement pour son « silence » concernant le Renumeration Order de la zone franche. « Le 2 septembre 2016, le conseil des ministres avait décidé que celui-ci entrerait en vigueur dans six mois. Mais cela fait plus d’un an et on n’entend rien. » Le président de la FTU dit avoir écrit au Premier ministre et au ministre du Travail à ce sujet, ajoutant qu’il n’a eu aucune réponse à ce jour. Il rappelle que les conditions de travail dans la zone franche sont « difficiles » et les salaires « dérisoires ».
L’autre sujet de préoccupation de la FTU est la contribution des entreprises au plan national de pension. « Le gouvernement a décidé d’appliquer en avance la Negative Income Tax. Mais a-t-il pris le soin de veiller à ce que toutes les entreprises soient en règle avec le NPF. Car c’est un des critères pour bénéficier de la Negative Income Tax. Je connais des entreprises qui ont de grosses dettes auprès du NPF. Dans une telle situation, ce sont des milliers de travailleurs qui seront privés de cette initiative que le gouvernement lui-même a mise en place. »
Il plaide ainsi pour que le gouvernement, « qui se dit “caring” », mette en place un système pour vérifier que toutes les entreprises soient en règle avec le NPF. Atma Shanto dénonce également une « tentative de la police » de le faire annuler sa manifestation aujourd’hui, et ce « en dépit d’une lettre d’autorisation reçue de la police elle-même plus tôt ».