La Fédération des travailleurs unis (FTU) a manifesté hier matin devant l’Assemblée nationale, et ce dans le cadre des commémorations de l’abolition de l’esclavage. Objectif : dénoncer la situation régnant dans le secteur privé.
« La FTU a choisi la commémoration de l’abolition de l’esclavage pour cette manifestation car c’est l’occasion idéale de faire le point sur la situation des travailleurs. Aujourd’hui, nous ne sommes plus enchaînés, mais nous restons tout de même esclaves. Il y a de grosses appréhensions dans le secteur privé en ce qui concerne la formation de syndicats, alors que c’est notre droit. Nous avons envoyé une lettre au Premier ministre ainsi qu’au ministre du Travail dans laquelle nous avons énuméré plusieurs cas, mais nous n’avons eu aucun retour », explique Atma Shanto, négociateur au sein de la FTU. Et de poursuivre : « Dans le secteur privé, lorsqu’un travailleur parle de syndicat, il voit le vrai vissage de son directeur. Cela démontre qu’un changement de mentalité est nécessaire. Les Mauricien doivent se soutenir. La FTU rejoint aussi l’initiative de Jack Bizlall, et nous serons présents aux activités que ce dernier organise au plaza le 1er février prochain. »