« Nou pa le lavortman », « Sa li pou amenn malediksion lor nou pei sa »…  Sept membres du Front Solidarité Mauricien se sont fait entendre en face du parlement à midi aujourd’hui. Cette manifestation présentée comme « pacifique » par ces membres du parti de Cehl Meeah n’en était pas moins illégale aux yeux des forces policières, vu que le Parlement se réunissait. Les policiers présents auront mis plus de vingt minutes avant de procéder à l’arrestation de cinq manifestants : Mobin Mauthoor, Islam Imam Baccus, Mario Darga et MM. Goolfee et Ganessan, selon le Dr Damree, secrétaire général du FSM.
À midi devant le parlement. Un véhicule se range. Les quatre premiers manifestants parviennent à gagner le parvis, pancartes en main, non sans une certaine résistance de la part de trois policiers présents. Ils sont rejoints par trois autres membres du Front Solidarité Mauricien tandis qu’une dizaine de policiers débarquent en renfort. « Ou pena drwa fer manifestasion-la ». Avertissement auquel les manifestants répondent : « Li pasifik, ena la mars pou dir nou kont sa proze lavortman-la. Nou pou marse. Nou gagn drwa marse. Enn pei demokratik sa ». Et les manifestants parviennent, sans trop de peine, à improviser une marche sous escorte jusqu’au théâtre de Port-Louis avant de redescendre en face du parlement.
Il est 12 h 15 lorsqu’ils traversent la route Royale avant d’amorcer une dispersion. Mais le Dr Damree, secrétaire général du FSM, et Goorooduth Awotar continuent à scander leur « révolte » jusqu’aux alentours de la Mauritius Chamber of Industry and Commerce, attirant l’attention de certains passants. Deux policiers tentent alors de maîtriser le Dr Damree. Les échanges montent en intensité, alors que d’autres manifestants reviennent sur les lieux et que survient une vive altercation avec les membres de la force policière. L’arrestation de Mobin Mauthoor aura particulièrement bousculé la vingtaine de passants curieux. Il aura fallu quatre policiers afin de le maîtriser.
Le Dr Abdool Raouf Damree réagit face à la presse : « Brutalité policière », crie-t-il. « Ki ena dan seki nou pe fer. Nou dan enn demokrasi. Gagn drwa dir nou pa dakor pasifikman. La Bible dir li pa dakor ek sa. Coran dir li pa dakor ek sa. Nou pou amenn malediksion », poursuit-il.
Au final, cinq manifestants auront été arrêtés : Mobin Mauthoor, Islam Imam Baccus, Mario Darga et MM. Goolfee et Ganessan, selon le Dr Damree. Cehl Meeah, leader du parti, avait pour sa part fait son entrée dans l’hémicycle vers 11 h 30.
Une charge provisoire en violation de la Public Gathering Act pourrait être logée en cour de district de Port-Louis Sud contre les prévenus.