Syndicats, Organisation Non Gouvernementales (ONG) et employés de Rod Clean ont envahi hier les rues de Port-Mathurin pour crier leur mécontentement et dire non à la fermeture de cette société. Un appel a été lancé aux élus de l’Assemblée régionale pour «ouvrir les négociations afin de trouver des solutions appropriées». Le but étant que les employés «ne soient pas victimes de mauvaises décisions politiques prises dans le passé».
Guy Smith André, représentant de l’Association Gard Travay Rod Clean, a, lors de son allocution, tenu à rappeler : «Nou fier ki nou enn Rodriguais, ki sakun de nou bizin travail parski travay li enn droit pou tou dimoune.»
Stevenson Clair du Rodrigues Public Service Workers Union (RPSWU) a, quant à lui, dit que l’heure n’est pas de désigner les coupables mais «nou bizin asize rod bann solisyon akoz nou pa anvi enan bann viktims move desizion». A défaut d’avoir une garantie qu’il n’y aura aucune perte d’emploi, les manifestants ont fait comprendre qu’ils continueront à investir les rues tous les samedis.
Étaient présents la Rodrigues Workers Federation, la Rodrigues Government Employees Association (RGEA), la Rodrigues Public Service Workers Union (RPSWU), la Port Mathurin Harbour Workers Union, la Rodrigues Tourism and Allied Industries Workers Union, la Rodrigues Cultural Society (Rasinn), le mouvement Ecolozik et l’Association Gard Travay Rod Clean.