Manisha Koirala, actrice indienne qui a toujours rompu avec les conventions et les artifices du cinéma indien, est à Maurice depuis vendredi et a participé hier à un télédon à la municipalité de Quatre-Bornes organisé par l’organisation HELP en faveur des sinistrés du Népal, frappés en deux seïsmes en l’espace de quelques semaines.
Manisha Koirala et une autre vedette bollywoodienne, Gulshan Grover, ont rencontré la presse vendredi après-midi au siège de la MTPA à Port-Lous en présence de Bissoon Mungroo, le coordinateur de HELP. Si Manisha Koirala, on se rappelle, avait été élue l’actrice la plus belle de l’écran indien. Lors de la conférence, alle a dit son chagrin d’avoir assisté, horrifiée et impuissante, au martyre de son peuple au Népal. En effet, originaire de Katmandu, ville nichée dans les montagnes d’Himalaya, elle se dit reconnaissante envers les autorités mauriciennes pour cet élan de solidarité. Elle a déclaré que sa famille est impliquée dans le travail social au Népal et lorsqu’elle se rendra dans là-bas après son séjour à Maurice, elle ne manquera pas de leur parler de l’affection démontrée par les Mauriciens dans ces moments pénibles. Cette Népalaise avait été l’une des grandes vedettes de Bollywood dans les années 1990. Après son premier film, Sandagar, elle n’a cessé d’accumuler succès sur succès. On se souvient encore de 1942-A Love Store, Bombay Criminal, Mann, Agnisakshi et Dil Se. Dans Khamoshi, elle incarne le rôle d’une fille passionnée de musique dont les parents sont sourds-muets. Dans Bombay, elle évolue au milieu des émeutes qui ravagèrent Mumbai. Dans 1942-A love Story, elle donne la réplique à Anil Kapoor et à Jackie Shroff et la chanson Ek Ladki Ko Dekha interprétée par Kumar Sanu reste inoubliable.
Des échecs en amour, et surtout un cancer à l’ovaire (nécessitant de longs traitements aux États-Unis) l’ont tenu loin des projecteurs. Aujourd’hui guérie, elle s’apprête à faire son retour à Bollywood et voudrait aussi continué son travail en faveur des démunis de la société.
Gulshan Grover, le méchant de l’écran indien, s’est dit lui aussi heureux de participer à un télédon en faveur du Népal. Il a eu une riche carrière cinématographique avec des films comme dont Marigold, I am Kalam, Arth, Sadma, Yes Boss, Hera Pheri, entres autres.