Rares sont les entreprises mauriciennes fondées par des Asiatiques qui ont pu passer le cap de 100 ans. Pour prouver aux autres qu’elle se développe et s’adapte avec son temps, la marque Manjoo est aujourd’hui incontournable dans presque tous les foyers à Maurice. Les anciennes générations ont côtoyé les magasins Manjoo, créant ainsi un lien qui s’est renforcé à chaque visite. La qualité, l’accessibilité et les prix pratiqués pour satisfaire toutes les bourses sont parmi les quelques éléments qui font que les produits de Manjoo attirent différentes générations.

Saleem Manjoo, directeur de la compagnie

Les 100 ans de Manjoo ont été célébrés fin mars avec ferveur. Un hommage spécial a été rendu au père fondateur, Essop Manjoo, un commerçant de Gujrat, qui avait ouvert son premier magasin à Mahébourg. Le flambeau est maintenant tenu par Saleem Manjoo, CEO, un passionné de son métier. Manjoo, qui a aujourd’hui 11 points de vente dans différentes régions de l’île, possède également un magasin à La Réunion et un autre aux Seychelles. Et pourquoi pas un troisième en Afrique pour bientôt ? Un projet, dit-on, qui pourrait bien aboutir.

L’idée de se lancer dans le commerce a « naturellement » germé, selon Saleem Manjoo. « C’est mon grand-père Essop Manjoo, qui a été le point de départ de cette belle aventure. Venu à Maurice pour y travailler, il a fait ses premières armes dans un commerce déjà établi avant de voler de ses propres ailes », a-t-il indiqué, faisant l’historique de Manjoo. Le premier magasin Manjoo ouvre ses portes à Mahébourg et ainsi débute l’ascension de la compagnie.

Essop Manjoo, se fait très vite des clients fidèles qui habitaient tout près de son commerce. Si les temps étaient difficiles à cette époque, la clientèle qui s’était constituée était, selon Saleem Manjoo, « très loyale ». Se lançant seul dans l’entrepreneuriat, la rigueur et le dur labeur d’Essop Manjoo ont permis à l’entreprise de se développer et se tailler un nom reconnu dans le pays. L’entreprise, qui devient une réussite, pousse ainsi Essop Manjoo à inviter ses frères en Inde à venir à Maurice. Ces derniers ont permis de donner un essor aux activités de Manjoo. L’apport des frères d’Essop Manjoo a débouché dans l’ouverture d’autres magasins de Manjoo.

Alors que la concurrence est rude sur dans le secteur du commerce, de par le nombre de magasins qui existent, Saleem Manjoo avance qu’il n’y a aucun secret dans la réussite de Manjoo. « Nous avons une structure simple, une organisation légère et souple qui est à l’écoute du marché 7 jours sur 7, et ce tout au long de l’année. C’est cette écoute permanente qui nous permet de répondre exactement aux attentes du client », un secret qu’il partage.

La force de Manjoo selon Saleem Manjoo, réside dans une clientèle fidèle, un bon amalgame de produits des plus attrayants répondant aux besoins du marché, des prix hautement compétitifs, une qualité de service irréprochable, une remise en question perpétuelle, une présence de proximité, des employés motivés et volontaires ou encore une forte culture d’entreprise. « Tout cela acquis sur le temps », dit-il.

Si ses grands-parents n’avaient pas de qualifications académiques nécessaires pour démarrer l’entreprise, Saleem Manjoo avance que leur dur labeur a été un des éléments phares. « L’entrepreneuriat présuppose un esprit d’initiative, un tempérament de fonceur, quelles que soient les embûches et surtout une bonne dose d’ingéniosité. Ce sont des ingrédients qui ne s’acquièrent malheureusement pas sur les bancs de l’école », dit-il, citant les cas de ses amis qui sont à la tête d’entreprises florissantes mais qui n’ont pas fait de grandes études.

Il faut ressortir que les entreprises sont appelées aujourd’hui à se professionnaliser si elles veulent perdurer « car il devient de plus en plus nécessaire de sécuriser certains profils et certaines compétences ». Selon lui, les stratégies de professionnalisation répondent aux exigences de compétitivité et de fidélisation des collaborateurs. « C’est une démarche qui repose sur trois axes : les parcours de formation, le parcours de carrière et la gestion des métiers. C’est ce qui crée le lien entre le salarié et l’entreprise », dit-il.

Des partenaires locaux pour aller en Afrique

Saleem Manjoo, qui tient la houlette en tant que directeur général, avance qu’il est entré très jeune dans les activités de Manjoo, particulièrement pendant les vacances scolaires. « J’ai beaucoup appris pendant ces années en mettant la main à la pâte. Par ailleurs, mon père ainsi que mes oncles ont été d’excellents mentors. Ils me prodiguaient maints conseils qui me sont encore très utiles », rappelle le CEO. De son père, il dit retenir ses grandes qualités humaines et sa grandeur de cœur. « J’essaie à ma manière de marcher sur ses traces », dit-il en toute humilité.

Le moment est toutefois arrivé de passer le flambeau aux jeunes. Saleem Manjoo se réjouit d’avoir autour de lui de jeunes collaborateurs dynamiques et motivés et qui, de plus, partagent la même vision d’entreprise. « Ce rajeunissement des cadres ne s’est pas fait du jour au lendemain. L’intégration de la génération est plutôt difficile mais les jeunes savent qu’ils devront beaucoup travailler », dit-il. Les jeunes ont-ils le sens des affaires comme les anciens ? À cela, Saleem Manjoo estime que, dans l’entreprise moderne, le jeune a besoin d’espace, de liberté et de considération. « Sans ces conditions, il vous plaque. Il s’agit de créer l’aménagement propice à son épanouissement et surtout de savoir répondre à ses attentes. Oui, bon nombre de jeunes ont le sens des affaires même si, pour beaucoup, c’est le secteur des services qui les intéresse », dit-il.

Présent à La Réunion et aux Seychelles, Manjoo a pour ambition de se tourner vers l’Afrique. « Le marché mauricien est limité par la taille. Notre expansion ne peut se faire qu’en explorant d’autres marchés. L’Afrique, c’est la porte d’à côté. C’est un continent en pleine croissance, avec de grandes opportunités pour les entreprises mauriciennes. Elle est soutenue par l’émergence d’une classe moyenne très importante et par un désir de s’ouvrir au monde. Il est toutefois difficile de s’y déployer. Aussi, il est important de s’y trouver des partenaires locaux », dit le CEO.

Le climat des affaires, qui a subi des changements constants, n’a pas affecté les opérations de l’entreprise. « Manjoo a connu différents “climats des affaires”. Qu’il soit bon ou mauvais, c’est à l’entreprise de s’ajuster et de se réinventer. Il n’existe pour cela aucune recette toute faite. Les défis ont toujours fait partie de la vie de toutes les entreprises. Il s’agit de prendre les bonnes décisions dépendant des circonstances », dit-il.
Aujourd’hui, Manjoo travaille avec des partenaires étrangers. « Ces bonnes relations d’affaires », selon lui, « dépassent le cadre d’une simple relation d’affaires ». Prenant le cas d’un fournisseur chinois rencontré dans un Salon il y a plus de 25 ans, il explique que « la commande que je voulais lui passer pour tous nos magasins était tellement insignifiante qu’il a dû faire des efforts considérables pour la satisfaire ». Il poursuit : « Il est aujourd’hui un de nos principaux partenaires. Ce sont des relations fortes, tissées dans le temps, amicales et forgées dans le respect mutuel. »

S’il n’existe pas chez Manjoo un client-type, le client revient en tout temps. Pour Saleem Manjoo, il est important de réunir les conditions nécessaires pour que cela se produise. En ce sens, il cite les ingrédients qui font revenir le client tels la variété de produits, leur qualité, le service offert et le prix. Il ajoute que l’atmosphère en magasin compte beaucoup également. « Faire de chaque visite en magasin une expérience unique, c’est notre but », dit-il.
Et pour les très longues années à venir, quelle est la vision de l’entreprise ? Saleem Manjoo soutient que la stratégie d’expansion, portée sur quatre axes, a été conçue. Cette stratégie s’articule autour du développement du commerce en ligne, de l’ouverture de nouveaux magasins de proximité à Maurice, de l’établissement de partenariats vers d’autres marchés de la région et en Afrique et de la modernisation et développement de la fabrication locale pour l’approvisionnement des magasins Manjoo.

Entre tradition et accessibilité des prix

Il ne se passe pas un jour sans que l’un des magasins de Manjoo soit envahi de monde. Un petit détour dans son magasin de Port-Louis sur l’heure de midi témoigne de sa renommée. En effet, on voit des clients de tous âges affluer de différentes régions du pays. Hommes, femmes, jeunes… Tous sont fidèles aux produits de Manjoo qui, pour eux, « sont de meilleure qualité et sont accessibles à toutes les bourses ».

Raheeda Aubdullah : « Entière satisfaction »
Ses parents achetaient tous leurs produits chez Manjoo et maintenant, elle en fait autant. « Mes parents venaient ici pour tous leurs achats et je les accompagnais quand j’étais petite. Aujourd’hui, j’ai suivi les traces de mes parents et je viens acheter tout ce dont j’ai besoin chez Manjoo », dit-elle. La qualité des produits et les prix donnent à cette mère de famille entière satisfaction. Si au début de l’année, ses visites ne sont pas si fréquentes chez Manjoo, elle les multiplie à la fin de l’année, accompagnée de sa fille et de son gendre. « Eux aussi y achètent tous les produits en fin d’année », dit-elle, ajoutant que sa fille est aussi une habituée de Manjoo.

Azmay Dauhoo : « Une habitude »
Tenant un panier rempli de produits de maison, Azmay Dauhoo ne peut imaginer sa vie sans Manjoo. Habitant la capitale, cette mère de famille dit que faire ses achats chez Manjoo est une habitude ancrée en elle. « On vend en tout temps de beaux produits. La qualité est présente et les prix sont toujours très abordables », dit-elle. Azmay Dauhoo n’est pas la seule de sa maison qui est une habituée de Manjoo. « Ma mère, mes cousines, mes proches le sont aussi », dit-elle.

Lucie C. : « Tout est accessible »
Profitant de sa pause déjeuner, Lucie C., jeune employée, n’hésite pas à se rendre chez Manjoo pour se procurer les produits qu’elle n’a pas chez elle. « Je viens souvent dans ce magasin car tout est accessible dans un seul lieu », dit-elle. Elle y achète ses rideaux, ses tableaux, ses accessoires pour la cuisine et en est très satisfaite. Par contre, au niveau des tapis, elle constate que le prix est assez élevé par rapport à d’autres magasins. Même si c’est le cas pour d’autres produits, elle dit que cela en vaut la peine. Tout comme elle, sa mère et sa sœur sont des fidèles clientes de Manjoo.

Koomaren Veerasoo : « Faire face à la réalité »
Employé de la capitale, Koomaren Veerasoo est un habitué de Manjoo. « Les produits sont très intéressants et les prix abordables », dit-il, accompagné d’un proche. Son choix se porte toujours sur Manjoo pour « faire face à la réalité de tous les jours ». Il dit acheter souvent ses rideaux et d’autres produits pour la maison. Koomaren Veerasoo dit avoir suivi les traces de ses parents qui étaient des clients de Manjoo.

Shashi Servansingh : « On trouve de tout »
Shashi Servansingh, employée de la capitale, ne rate pas une occasion pour faire un saut chez Manjoo. Visiblement très enthousiaste en parlant de son expérience chez Manjoo, elle dit acheter tout ce dont elle a besoin. « On trouve de tout dans le magasin et cela nous aide énormément. Les prix sont variés et permettent aux consommateurs de faire de bonnes affaires », dit-elle, ajoutant qu’elle ne peut compter le nombre de ses visites chez Manjoo en une année. Les parents de Shashi Servansingh étaient aussi des clients de Manjoo. Elle souhaite que l’entreprise continue sur sa lancée.