Sur le catwalk, Chandre Meiring est immanquable. Joli minois, grande et élancée, cette sculpturale blonde de 18 ans au regard bleu acier et angélique cultive la modestie et la discrétion. Malgré son jeune âge, l’étudiante originaire de Cape Town, a un Curriculum Vitae bien rempli. Le mannequin freelance, l’une des plus demandées dans le milieu de la mode, évoque ses débuts dans le métier, nous parle de sa passion pour son travail. Naturelle et simple, celle qui prône un mode de vie sain, n’a pas pris la grosse tête malgré son succès.
Fashion shows, clips vidéos, compétitions, articles de presse, billboard publicitaires, et séances photos professionnelles. Le parcours de Chandre Meiring est impressionnant. Les agences se l’arrachent et ses séances photos sont faites par des photographes de mode de talent. Parmi, citons Shamsheed Sobha, Martin Currie, Laura Currie, Sanjiven Guruarts, Brady Goorappa et Sachin Sagar. Une success story qui commence en 2009 alors qu’elle n’a que 14 ans. Cette année-là, elle a bien décidé de faire du modelling. «Initially, modeling started as a hobby and as a child I used to love dressing up and posing for my niece who used to take photographs of me, which she used during her studies as a photographer. As a child, I admired the models and fashion shows on TV, which further increased my passion for modeling. C’est à l’âge de 14 ans que j’ai réalisé que c’est devenu plus qu’un hobby et que j’ai su que c’était quelque chose que j’aimerais faire, qu’il fera partie de moi et de ce que je veux être», dit le mannequin freelance qui mesure 1m81.
Née à Cape Town en Afrique du Sud, elle a 12 ans lorsque son père pour des raisons professionnelles — il est capitaine pour une compagnie aérienne —, s’installe à Maurice avec sa petite famille. Deux ans plus tard, le succès sera largement au rendez-vous. En effet, rapidement, elle apparaît dans les campagnes publicitaires, les Fashion shows (L’Oréal, Extravaganza Fashion Show), apparaît même sur un clip de Naz B, un chanteur suisse et dans un film bollywoodien tourné en 2011 au Caudan Waterfront. Tout s’enchaîne très vite pour elle, les plus grandes marques locales et internationales se l’arrachent pour promouvoir leur collection. Sur le podium, elle fascine. Et des magazines lui consacrent leur couverture. Pourtant, malgré le succès grandissant, elle n’a pas pris la grosse tête. Et n’est pas du genre à se vanter et à parler de son succès, car pour elle, «every model is successful in their own way».
Du haut de ses 18 ans, Chandre Meiring est une jeune fille simple et bien élevée. Ennemie des frasques, de déballage, de la vulgarité et des artifices. Celle qui fait actuellement des études en décoration d’intérieur à l’université Charles Telfair n’est pas le genre à jouer les plus belles ou de séduire face à la caméra.«Models need to know how to appear and conduct themselves in a professionnal and credible manner, which improve with experience», dit-elle. Avec elle, il y a un vrai échange, respectueux et amical. Elle semble incarner une génération plus modeste et naturelle. «Personally, my mission and aim is to be a role model for the younger generation. A model is a public person one needs to gain respect from the audience out there». Pour elle, la beauté c’est «the projection of your inner self and an attribute that one cherishes and works hard to be able to maintain it».
Chandre Meiring n’est pas seulement passionnée par cette activité mais perfectionniste. Et ce qu’elle aime le plus dans ce milieu, dit-elle, c’est «being able to reinvent myself and pushing to the limits. I do that so I really become part of a competition. My aim as a model is not to be recognised in a picture. Once you shoot and you keep recognizing yourself it becomes mundane», dit-elle.
Pour elle, les qualités pour être un bon mannequin: «As a model, you have to set the example and in that context sell him/herself to the public. Attitude towards people is probably my biggest highlight because I believe ‘what you give is what you get’ and the modeling industry is tough when it comes to decision making, thay look for a complete package». Et pour celles ou ceux qui souhaitent se lancer dans cette aventure, Chandre conseille en toute modestie: «Toujours être sûr avant de s’embarquer sur un projet: don’t settle for the first and best project, be choosy, don’t compare yourself to others». Et, souligne l’importance d’un mode de vie sain qu’elle a elle-même adopté:« take care of yourself in all aspects; remain a healthy lifestyle on eating the correct food and exercise».