Amiirah Atiya Noor Aubdool, 12 ans, portée manquante depuis pratiquement deux mois (NDLR: voir notre édition du dimanche 3 juillet) a été retrouvée saine et sauve mercredi par les limiers de la Major Crime Investigation Team (MCIT), placés sous la supervision du surintendant Yousouf Soopun. Les enquêteurs ont localisé et récupéré l’adolescente à la rue Lenepveu à Plaine-Verte. Son « petit ami », Khadafi Nanuck a été appréhendé par les enquêteurs, de même que deux de ses proches. Mamad Aubdool, 54 ans, le père d’Amiirah, a poussé un ouf de soulagement en retrouvant sa fille, qui, dans une brève déclaration à Week-End, a promis de reprendre ses études qu’elle avaient abandonnées et de suivre les conseils de ses parents.
L’étudiante qui fréquentait l’établissement scolaire Muslim Girls avait fugué pour la troisième fois le 15 mai dernier et n’avait plus donné signe de vie depuis. Son père, Mamad Aubdool, disposait de certaines informations à l’effet qu’elle s’était amouraché d’un certain Khadafi, qui aurait profité du jeune âge de la fille pour l’inciter à fuir le domicile de ses parents. Le commissaire de Police, Dhun Iswur Rampersad, qui suivait ce dossier de très près, a mis les limiers de la MCIT sur le coup. Les résultats ne se sont pas faits attendre.
Lorsque Amiirah a été retrouvé, elle paraissait fatiguée et amaigrie, mais néanmoins en bonne santé. Elle devait confier aux éléments de la Child Development Unit (CDU) que son « petit ami » avait eu des relations sexuelles avec elle. Ce dernier a été arrêté et provisoirement inculpé du délit d’abducting minor en compagnie de deux de ses proches.
Pour Mamad Aubdool, ses prières ont été exaucées. L’important, dit-il, était de retrouver sa fille vivante car il craignait pour sa sécurité. « Je tiens à remercier le commissaire de Police, M. Soopun et son équipe de la MCIT, qui ont abattu un travail formidable et tous ceux qui ont aidé, d’une façon ou d’une autre, à retrouver ma fille. L’important, c’est qu’elle soit en vie et en relativement bonne santé », a-t-il déclaré à Week-End. Selon le récit de sa fille, pendant sa « fugue », elle n’a pas mangé à sa faim. Pendant les deux mois écoulées, elle a été trimbalée entre Pailles et Plaine-Verte. Lorsqu’elle a été retrouvée, elle souffrait d’une grippe et de toux.
Dans une brève déclaration à Week-End, Amiirah a fait ressortir qu’elle comptait reprendre le droit chemin. « Je promets que j’écouterai les conseils de mes parents et que je reprendrai mes études », a-t-elle fait ressortir. A ce propos, Mamad Aubdool lance un pressant appel pour que sa fille soit reprise dans son collège des Muslim Girls. « L’éducation est primordiale pour tous les enfants. Je souhaite de tout coeur que ma fille puisse être pardonnée de ses erreurs passées et qu’elle puisse reprendre normalement le chemin de l’école », a-t-il dit.