Il ne pleut toujours pas et les réservoirs se vident, surtout Mare-aux-Vacoas. La fourniture d’eau par la Central Water Authority (CWA) devient de plus en plus difficile dans la majeure partie de l’île. Après les Plaines-Wilhems, affectés depuis plus d’une année, c’est au tour du sud et du sud-ouest de l’île d’être concernés par la pénurie d’eau.
Selon Bhishek Narain, directeur des communications à la CWA, dans le Sud le débit des rivières a diminué considérablement. Ainsi, la station de traitement de la CWA située à Mont-Blanc, ne produit que 35 % de sa capacité normale, soit environ 6 000 à 6 500 m3 d’eau par jour sur une production moyenne de 11 900 m3. Cette situation fait que les villages de Chamouny, Riambel, Surinam, Souillac et d’autres dans la région ne sont desservis qu’une fois par jour. Dans le sud-ouest, qui est approvisionné par le forage de Yémen, la production a nettement chuté de 4 000 m3 par jour à seulement 600 m3. La fourniture d’eau dans les villages de Rivière-Noire, La Gaulette, Case-Noyale, Coteau-Raffin, Le Morne et Le Morne Village en est ainsi affectée. « Cette population n’est approvisionnée qu’une fois par jour, soit de 15 h à 22 h », indique M. Narain. À Port-Louis, la fourniture d’eau est plus difficile encore, avec la production qui a chuté de 50 % dans le forage de Pierrefonds et aussi dans la principale rivière qui dessert cette région, la Grande-Rivière-Nord-Ouest (GRNO).
Par contre, la région nord de l’île est plus ou moins confortable, selon le directeur des communications de la CWA. « Vu cette situation difficile, nous sommes en train de mobiliser toutes les ressources disponibles en vue d’alimenter la population en eau potable jusqu’à ce que les grosses pluies arrivent », fait-il ressortir. Certaines régions en hauteur sont desservies par des camions-citernes. La CWA appelle la population, comme elle le fait depuis plus d’une année, à utiliser l’eau judicieusement, à ne pas la gaspiller en lavant les voitures et les maisons et à ne pas arroser leurs jardins, entre autres, avec de l’eau traitée. Une campagne agressive est prévue à partir d’aujourd’hui sur la télévision nationale.