Un grand rush est prévu dans les jours à venir dans les librairies. Les titres inscrits au programme des Grades 7 et 8 – indisponibles en raison du retard du navire transporteur de plusieurs cargaisons de livres, provoqué par le mauvais temps – sont attendus ce lundi.

Bien que certains s’y soient pris plus tôt pour éviter la cohue, quelques titres inscrits au programme des Grades 7 et 8 sont encore indisponibles. Dans les librairies portlouisiennes, vendredi, la vente des manuels scolaires connaîssait une timide activité, les clients se faisant plutôt rares et les recettes sont plutôt maigres. “A cause du retard, les libraires n’ont pas enregistré les chiffres habituels”, se lamente Vishnu Bucchoo, gérant aux Éditions des Mascareignes à Port-Louis.

“Durant cette période, les plus touchés sont les libraires et les éditeurs de livres. Nous dépendons beaucoup sur cette masse qui fait ses achats à la rentrée. Il manque encore quelques livres pour le G7, comme la comptabilité. Mais la clientèle devrait augmenter dans les jours à venir. On s’attend à avoir un rush”, dit-il.

Pas d’effervescence, non plus, à la librairie Bonanza, bien que trois nouveaux titres pour le Grade 7 (Technology, Entrepreneurship et Art) leur ont été fournis. Pourtant, d’ici quelques jours, c’est la rentrée scolaire. Assis derrière le comptoir ou se tenant devant la porte, employeur et employés à leur poste se morfondent de l’arrivée d’un client.

Éviter la grosse foule

L’ambiance est différente aux Éditions Le Printemps. La librairie ne semble pas être affectée par l’indisponibilité des manuels scolaires des Grades 7 et 8. Dans une longue file d’attente, les parents attendent patiemment leur tour, certains pour l’achat de livres scolaires, dont ceux de Grade 7, certains titres tout juste arrivés (Social and Modern Science et ICT), d’autres pour le matériel scolaire. “Chez nous, la grande période des achats se situe toujours après les fêtes, soit du 3  janvier jusqu’à la rentrée des classes. Durant cette période, la librairie accueille plus de 300 clients par jour”, nous dit la responsable.

À l’étage de cette librairie située à la rue Desforges, ceux qui ne sont pas concernés par les livres encore absents sur les étagères terminent leurs achats. Munis de leur liste, certains ne se procurent que l’essentiel. Comme la famille Sauteuse de Riche-Terre venue s’approvisionner des derniers livres qui manquaient à sa fille Solenza en Form 4 Eco au SSS Frank Richard à La Tour Kœnig. “Puisqu’elle redouble cette année et dispose déjà de quelques ouvrages pour la rentrée, on n’a acheté que ceux qui lui manquaient: Physical education, Economics, Français. En attendant la Comptabilité qui arrive le 7”, nous dit la mère. En attendant de passer en caisse, elle ne sait pas encore à combien s’élèvent ses dépenses pour les manuels scolaires de sa fille.

Pour Vishnu Bucchoo des Éditions des Mascareignes, “le coût de la rentrée scolaire pour un élève entrant en Form 4 ou 5 varie de Rs 4000 à Rs 5000 à cause des choix plus variés pour les livres importés. Pour ceux entrant en Grade 7, il est aux alentours de Rs 800, de Rs 1800 à Rs 2000 pour la Form 2 , de Rs 2000 et Rs 3000 pour la Form 3. Quant au montant des dépenses de fournitures scolaires, il pourrait atteindre facilement les Rs 500.”

Bien des parents, surtout ceux qui ne sont pas concernés par les manuels scolaires des Grades 7 et 8, s’y sont pris à l’avance pour éviter les bousculades. Comme cette maman venue acheter des accessoires qui manquent dans le cartable de sa fille, élève en Form 4 au SSS Droopnath Ramphul de Calebasses. “Chaque année, dès que je reçois la liste des livres, je les achète at one go. J’en fais une priorité: dès le jour des résultats, je commence à procéder à l’achat des livres. C’est surtout pour éviter la grosse foule”, dit-elle. Si elle a fait un deuxième déplacement à Port-Louis, c’est pour l’uniforme de sa fille et les fournitures qui manquent.

Bien que sa fille Sonia ait déjà d’autres pièces, elle ne tient pas à la priver de nouveaux uniformes, surtout pour le premier jour d’école. “Aujourd’hui, bien que j’ai voulu éviter le rush, j’ai passé une heure à l’uniform shop rien que pour lui trouver sa tunique”, dit-elle. Cette habitante de Terre-Rouge en profite pour se rendre aux Éditions Le Printemps à Port-Louis où elle est une fidèle cliente, pour les quelques fournitures qui manquent. “Elle a tous ses livres, il ne lui manque que des bricoles”, dit-elle. Chaque année, cette mère fait tout pour couvrir les besoins scolaires de sa fille. “Il faut consacrer un budget de Rs 5000 à Rs 6000, sans compter l’uniforme”, dit-elle.

Autre scène du côté des magasins d’uniformes. Chez ces commerçants, la rentrée scolaire est une belle période pour faire de bonnes affaires. Un véritable engouement s’observe chez Jinchi Style, magasin spécialisé dans la vente d’uniformes situé à la rue Pasteur à Port-Louis. Les clients, surtout les mamans, accompagnées de leurs enfants, entrent et ressortent, des sacs remplis non seulement d’uniformes mais aussi de manuels scolaires et de piles de cahiers. De quoi apporter le sourire au commerçant. Chemises blanches, robes à carreaux, jupes plissées, polos, pantalons, shorts… La boutique dispose de toute une gamme d’uniformes pour tous les collèges de Maurice et accessibles à toutes les bourses. “Nous avons des tenues scolaires à partir de Rs 250 pour le primaire et Rs 500 pour le secondaire”, nous dit-on. En attendant de compléter l’achat des livres introuvables jusqu’ici dans les librairies, tout est fin prêt pour reprendre la route de l’école.