Marc Chagall est considéré comme un des meilleurs peintres du 20e siècle, né en Russie (7 juillet 1887) et installé à Paris après la Première guerre. Une de ses dernières peintures avant de quitter la France, Les mariés de la tour Eiffel (1939), laisse comprendre que Chagall avait pressenti la guerre et avait essayé d’en avertir le monde. Il utilisa aussi ce tableau pour faire une histoire de sa vie.
Les mariés de la tour Eiffel est une peinture complexe, car elle montre beaucoup d’images qui ne sont pas reliées. Au premier plan, on voit un jeune marié et sa nouvelle épouse qui volent devant un coq. Un petit ange qui joue du violon est à côté d’eux. Au deuxième plan, un couple juif se marie. Au-dessus de ce couple, le soleil se braque sur la Tour Eiffel. Un grand arbre remplit la droite de la peinture, et une petite ville est placée au loin. On voit d’autres images sur le tableau : une femme nue, un garçon qui lit, une fée, et une créature avec la tête d’une vache et le corps d’un violoncelle ou d’une contrebasse.
Chagall utilise toujours des couleurs brillantes. Le soleil orange et rouge attire l’attention, comme le bleu intense de la Tour Eiffel. Les jeunes mariés sont les figures principales, mais ils ne sont pas ce qu’on voit au début. L’oeil regarde le coin gauche du haut. Au premier coup d’oeil, on ne voit pas le coq, même s’il est au centre de la peinture. Il est partiellement caché par les mariés, et sa blancheur devient une partie de la robe de la femme. De la même façon, Chagall fond ensemble l’arbre et le ciel. La ligne entre l’arbre vert et le ciel bleu est évidente, mais elle n’attire pas l’attention du spectateur. Ce qu’on voit immédiatement est les contrastes entre les couleurs.