La chute du SEMDEX, indice du marché boursier mauricien, qui a accusé d’une baisse de 2,76 % à la clôture hier, a poursuit sa chute avec une baisse de l’ordre de 2,72 % observée à 13 h. « Nous subissons l’énervement des marchés boursiers internationaux », souligne Sunil Benimadhu directeur exécutif de la SEM.
« Nous suivons de près la situation sur le plan international et en particulier les soubresauts sur les marchés boursiers internationaux. Les investisseurs se laissent gagner par l’inquiétude après la baisse de la notation des États Unis par Standard and Poor’s, la situation de la dette américaine et le gonflement de la dette sur le marché européen », a expliqué M. Benimadhu.
À cela, souligne-t-il, s’ajoute le spectre d’un “double dip”. « L’économie mauricienne qui est intégrée à l’économie mondiale n’est pas épargnée », a-t-il poursuivi.
« Nous sommes suspendus au déroulement de la situation en Europe et ailleurs, et attendons avec impatience que les autorités politiques européennes manifestent moins de divergence et démontrent une plus grande volonté à résoudre le problème de ralentissement économique », a affirmé notre interlocuteur.
Dans les milieux du secteur privé ce matin, on insiste sur la nécessité pour les autorités mauriciennes d’anticiper les choses et de mettre en place une stratégie pour se prémunir contre les effets de cette crise. « Il nous faut recentrer notre énergie sur l’économie. L’heure est à l’effort. Il est temps qu’on réfléchisse sur les mesures à prendre par le gouvernement pour que Maurice continue à être résiliente », poursuit notre interlocuteur. Il souligne que la dégradation des États Unis est en grande partie due à la perception de l’incapacité politique des Américains à trouver une solution concernant le remboursement de la dette américaine. « L’heure est à la prise de décisions difficiles et courageuses », estime un observateur. Dans le secteur privé mauricien on est unanime à dire qu’à Maurice il est plus que jamais temps de recentrer notre énergie vers la chose économique.
Par ailleurs, le prix de l’or sur le marché mauricien ne cesse de grimper. Le lingot de 1 000 grammes était vendu à Rs 1738,57 ce matin alors que le Dodo était vendu à Rs 66 690 l’once.
À 13 h aujourd’hui l’indice boursier du SEMDEX avait enregistré une baisse de 52,76 points passant de 1 942,65 à 1 889,89 soit une chute de 2,72 %.