La Market Traders Association (MTA), par la voix de son président Mamode Issoop Soobadar et de son secrétaire Joy Mootoosamy, s’est élevée hier lors d’une conférence de presse contre l’impuissance de la mairie de la capitale à mettre de l’ordre à l’intérieur et aux abords du marché central à Port-Louis.
Vente à l’encan, allégations de harcèlement des maraîchers de la part des inspecteurs, le non-respect d’opérer à l’intérieur d’un périmètre de 500 mètres aux abords de ce marché, les vendeurs de légumes et produits avariés, le manque d’hygiène, l’insécurité et le vol qui y règnent, sont autant de points évoqués lors de la conférence de presse d’hier. Citant les dispositions de la loi, M. Soobadar déclare que la vente à l’encan doit opérer uniquement de 5 h à midi. « Nous constatons qu’on ne respecte pas cette loi. La vente à l’encan opère 24 h/24 sur six jours en commençant à une heure du matin », fait-il ressortir. Ce qui, selon lui, pénalise les maraîchers qui n’ont aucun moyen de transport pour se rendre sur le lieu à cette heure. « De plus, les encanteurs n’ont pas de pièce d’identité sur eux. Nou pa kone kisannla lankanter kisannla pa lankanter », ajoute-t-il.
Poursuivant, le président de la MTA a à nouveau parlé du périmètre de 500 mètres qui n’est pas respecté par les marchands ambulants à la rue la Reine et à Farquhar. « Il y a un jugement à cet effet qu’aucune autorité ne fait respecter, ni la police ni les autorités municipales. Ces marchands ambulants ramassent des légumes avariés dans les poubelles, les coupent en morceaux, les mettent dans des sacs en plastique et les vendent aux consommateurs. Qu’en est-il de la santé et de l’hygiène ? », s’est-il demandé. M. Soobadar indique que la police ne sévit à l’encontre de ces gens que pendant quelques jours seulement, « apre tou revinn parey ».
Le président de la MTA dénonce aussi certains inspecteurs de la mairie qui, selon lui, les harcèlent. Il affirme que ces derniers sévissent contre les maraîchers qui installent leurs paniers de légumes dans les allées. « Marsan plin lor lari, zot pa met lord, zot vin met lord dan bazar », dit-il, avant de souligner : « Nous sommes prêts à mettre de l’ordre à l’intérieur du marché nous-mêmes si les autorités font respecter la loi à l’extérieur. » S’agissant de l’insalubrité qui règne au sein du marché central, il déplore l’absence des éboueurs de la mairie les matins. « Fale nou telefonn minisipalite pou zot anvoy dimoun pou vin anlev salte », dit-il, avant de dénoncer les politiciens qui offrent des étals à leurs agents qui les sous-louent par la suite à d’autres personnes. Le secrétaire de la MTA Joy Mootoosamy attire l’attention des autorités sur les allées et venues de motocyclistes et cyclistes et même des automobilistes à l’intérieur du marché alors que cela est interdit. « Pe ousi van zanimo a kote kot van manze. Lotorite pa pe fer naryen », déplore-t-il. Les dirigeants de la MTA dénoncent également les courtiers qui opèrent à l’intérieur du marché et qui « plument » les touristes de passage. Ils ont aussi mentionné les nombreux cas de vols et la prolifération de la drogue en cet endroit.