Anil Baichoo, ancien ministre travailliste des Infrastructures publiques

Les sites proposés en vue de reloger les marchands ambulants opérant à la gare du Nord et aux abords du Marché central ne font guère la joie des colporteurs. Rejetant catégoriquement les propositions du Comité technique soutenues par le Conseil des ministres vendredi, les réfractaires qui réclamaient une réunion avec Anil Bachoo, qui présidait le comité technique, ont été invités à le rencontrer demain à 11 h 30 au ministère des Infrastructures publiques.
Réunis au sein de la Street Vendors’ Association (SVA) et de l’Association des marchands ambulants du Nord (AMAN), les marchands ambulants de la capitale ont sollicité dans une correspondance adressée ce matin à Anil Bachoo une rencontre avec ce dernier afin de faire le point sur les propositions du Comité technique. Après plusieurs semaines de consultations, deux sites ont été retenus : le Granary Building et l’ancien bâtiment de la Central Water Authority (CWA). Ce qui n’a pas manqué d’étonner les principaux concernés car selon les dernières indications, l’ancien bâtiment de la National Transport Authority (NTA), la rue Monneron et la Place des camions à proximité de la Gare du Nord figuraient parmi les lieux privilégiés pour leur relogement.
« Il n’est pas question que nous travaillions dans ces deux zones. C’est du suicide. C’est signer notre arrêt de mort ! », disent les marchands. Selon Hyder Raman, cette rencontre avec le ministre Bachoo permettra aux marchands ambulants de connaître clairement la position du gouvernement sur ce dossier. « Nous réclamions une solution rapide mais ces propositions communiquées par le Conseil des ministres sont inadéquates », explique le président de la Street Vendors’ Association.
Le rejet des nouvelles propositions du Comité technique annonce un nouveau bras de fer entre les autorités et les marchands ambulants.
Pour certains colporteurs, la seule issue serait l’injonction émise par la SVA contre la décision de la Cour suprême leur interdisant d’opérer dans un rayon de 500 mètres autour du Marché central.
Par ailleurs, la municipalité de Port-Louis, les forces de l’ordre et les autorités compétentes sont unanimes : « Nous ne pouvons aller à l’encontre d’un ordre de la cour suprême. » D’où le choix de ces deux sites, qui d’ailleurs, ne posent aucun problème quant aux projets futurs du gouvernement, notamment celui du métro léger.
Ce matin, au ministère des Infrastructures publiques, Anil Bachoo était en discussion avec les membres du Comité technique. Une rencontre est prévue pour demain à 11 h 30 entre Hyder Raman et Anil Bachoo.