Les anciens bureaux de la Central Water Authority (CWA) à côté de la Gare Victoria à Port-Louis accueilleront leurs premiers marchands “ambulants” avant le 1er novembre. Quelque 700 colporteurs au maximum pourront y travailler. « Les travaux qui ont débuté samedi avancent rapidement et tout porte à croire que le local sera livré dans les délais prescrits », souligne-t-on sur le chantier. Le nettoyage du terrain étant quasiment terminé, l’asphaltage débutera ce jeudi avec l’aide de la Road Development Authority (RDA).
L’objectif principal de la municipalité de Port-Louis est de procéder au relogement des marchands ambulants « au plus vite », avant l’effervescence des fêtes de fin d’année. « Les marchands pourront travailler à l’ex-CWA Office avant le début du mois de novembre », indique Mamade Kodabaccus, le Lord maire. Une initiative qui fait suite à l’application de l’interdiction, par la Cour Suprême, aux colporteurs de travailler dans un rayon de 500 mètres autour du marché central. Entre 600 et 700 marchands pourront écrouler leurs produits dans cet espace non-recouvert, où ils disposeront chacun d’un espace de deux mètres carré. Les travaux de nettoyage étant presque achevés, l’asphaltage devrait commencer jeudi. Une étape cruciale qui coûtera quelque Rs 5 M avant la livraison du bâtiment.
Après les premiers coups de pioche samedi, les travaux avancent très vite, indiquent les contracteurs et travailleurs sur le site. Plus d’une trentaine d’employés de la firme Gamma ont été déployés pour ce premier exercice de nettoyage. Pour sa part, le Lord maire souligne que les arbres disponibles seront conservés. « L’asphaltage débutera bientôt et les markings seront faits. L’espace leur sera livré dans un premier temps sans les étals. Ceux qui pourront venir avec des tables pour présenter leurs produits pourront le faire. Au cas contraire, ils seront libres de les vendre à même le sol », dit-il. Cette pratique sera tolérée le temps que les étaux soient disponibles. « Le tender n’a pas encore été lancé. Mais c’est une étape qui ne prendra pas beaucoup de temps ». Et d’ajouter que la municipalité envisage de miser sur l’esthétique et le design de cet espace en vue d’en faire un attrait touristique. La muraille en pierre qui borde le bâtiment sera conservée afin de lui « offrir un air de souk ». D’autre part, une aire de stationnement sera disponible à l’aile gauche de l’édifice pour l’embarquement et le débarquement des marchandises. Un escalier reliera cet espace à la structure principale où seront relogés les marchands.
« Cet espace ne sera pas destiné qu’aux marchands qui travaillent à la Gare Victoria, il accueillera également ceux de la rue Celicourt Antelme. De plus, nous pourrons accueillir les marchands de la rue Farquhar qui souhaitent y avoir une place », explique le Lord maire, soulignant toutefois que les critères d’éligibilité devront être respectés. À la municipalité, on indique que « ceux inscrit à la Municipal survey list auront la priorité ». Cette liste élaborée par le département de santé publique fait mention des noms de colporteurs « genuine ».
À l’heure où nous mettions sous presse, une réunion se tenait entre la municipalité de Port-Louis et les représentants des colporteurs, notamment la Street Vendors Association (SVA) et l’Association des Marchands Ambulants du Nord (AMAN). Durant cette rencontre, la municipalité devait parler de l’allocation des étaux, de la procédure dans le cadre du relogement et des critères d’éligibilité, entre autres. Et de souligner que d’autres espaces mis à la disposition des marchands dans le passé sont toujours disponibles, comme le Ruisseau du Pouce et le Pont de Paris.