Une rencontre a eu lieu hier après-midi entre Me Rama Valayden, en sa capacité de conseiller juridique des marchands ambulants de la capitale, et le vice-Premier ministre Anil Baichoo, qui préside le comité interministériel institué par le gouvernement pour trouver une solution acceptable à toutes les parties.
Le but de cette réunion était de proposer aux décideurs de mettre à la disposition des marchands, à titre provisoire, des rues dans lesquelles ils peuvent opérer en attendant la solution finale.
Lors de cette réunion, le VPM a expliqué que les dispositions de la loi obligent les autorités à respecter le rayon de 500 mètres du marché, ce qui constitue une difficulté majeure pour elles. Me Valayden a fait comprendre, de son côté, qu’il y a un problème humain qui se pose, étant donné que les marchands regroupés au sein de la Street Vendors Association (SVA) sont au chômage technique depuis le mois d’août.
« Ce que l’on doit comprendre », nous a déclaré l’avocat, « c’est que la solution n’est pas nécessairement d’ordre légal. Elle est plutôt politique. Mais, avec la proximité des élections municipales, il sera difficile pour le conseil urbain sortant de finaliser l’allocation des étals ». Il a expliqué qu’avec les milliers de formulaires d’Expression of interest distribués, il sera difficile pour l’administration d’allouer les étals aux marchands méritants, sans que cet exercice ne soit perçu comme étant une mesure électoraliste, vu la proximité des élections municipales. « Même un acte divin serait mal vu par les adversaires », a-t-il ajouté.
Pour Me Valayden, la seule solution serait de permettre aux marchands d’opérer à titre temporaire, en se prévalant des Temporary Market Fairs Regulations. Ils pourraient le faire dans des rues autres que celles mentionnées dans l’accord de médiation entre les commerçants et les chauffeurs de taxi d’une part et les autorités municipales de l’autre.
« Nous pourrons même aider les marchands de rue et les commerçants à trouver un terrain d’entente afin de définir quels types d’objets les premiers peuvent offrir en vente. Cela éliminerait tout risque que les marchands ne viennent puiser dans la clientèle des commerçants ».
Me Valayden a discuté également avec d’autres membres du comité interministériel. Ils comptent analyser ses propositions durant le week-end, après quoi ils feront connaître leur position au début de la semaine prochaine.
Par ailleurs, la SVA a convoqué une assemblée générale cet après-midi, pour passer en revue les derniers développements.
En ce qui concerne les marchands de gâteaux, ils pourront opérer en dehors d’un rayon de cent mètres du marché. Toutefois, aucune préparation sur place ne sera tolérée, par mesure de sécurité.
Soulignons qu’hier matin, Me Valayden a eu une séance de travail avec le juge en Chambre concernant certaines actions qui ont été logées et qui sont en suspens. Une plainte, concernant le problème des marchands de snacks, a été retirée.