Des régulateurs de marchés boursiers de plus d’une vingtaine de pays participent actuellement, au siège de la Financial Services Commission (FSC), à Ébène, aux travaux du comité de l’International Organisation of Securities Commissions (IOSCO) sur la qualité des informations financières communiquées aux investisseurs par les acteurs des marchés boursiers dont les compagnies et institutions financières cotées.
L’IOSCO a pour tâche d’élaborer les normes internationales régissant les marchés boursiers à travers le monde. Elle conçoit mais veille également à ce que les institutions régulatrices membres veillent à l’application de ces normes. L’IOSCO travaille en étroite collaboration avec d’autres instances internationales chargées du développement des normes comptables ou d’audit telles l’International Accounting Standard Board (IASB) et l’International Auditing and Assurance Standard Board (IAASB). Le conseil d’administration de l’IOSCO revoit périodiquement le cadre régulatoire dans lequel opèrent les marchés boursiers et examine les problèmes auxquels ceux-ci ont à faire face. Les travaux du conseil de l’IOSCO sont répartis au sein de sept comités, dont celui axé sur les questions « Accounting, Audit and Disclosure ».
Ce comité sur la qualité de l’information financière voire la transparence comprend 28 membres. La FSC est l’unique institution régulatrice d’un marché boursier en Afrique à faire partie du comité en question. Étant un membre actif du comité et ayant apporté en plusieurs occasions sa contribution aux travaux du comité, la FSC a été appelée à organiser la présente réunion à son siège à Ébène. « Through this membership, the FSC aims at sharing experiences and best practices with other regulators and international financial institutions, and at the same time, increase the visibility of Mauritius on international platforms », fait ressortir la FSC. La direction de l’institution souligne que sa participation aux travaux du comité sur la qualité de l’information financière cadre avec les objectifs de l’IOSCO qui travaille en collaboration avec le G20 et le Financial Stability Board sur la réforme du cadre régulatoire des marchés au plan global.
« The IOSCO C1 meeting in Mauritius is an excellent opportunity for the FSC to act as a major partner and facilitator for the IOSCO. Our active participation at the highest discussion level allows our staff to keep abreast of international developments and to build relationships among regulators and stakeholders », indique Clairette Ah-Hen, Chief Executive de la FSC. Cette dernière pense que la réunion de Maurice permet d’élargir le débat aux questions de transparence des marchés dans les pays d’Afrique subsaharienne.
Notons que de grandes firmes d’audit internationales, des experts boursiers d’Afrique, plus particulièrement de la Johannesburg Stock Exchange (JSE), participent aux travaux du comité.