Sunil Benimadhu intervenant lors du dernier SEM Young Investor Award
  • Rs 8,2 milliards de capitaux levés sur le marché en 2019
  • La Bourse de Maurice franchit le cap des 200 titres cotés

L’année écoulée a été charnière pour la Stock Exchange of Mauritius (SEM), avec la réalisation de plusieurs initiatives. D’abord, elle a été marquée par deux événements phares, notamment celui de la première société sud-africaine à se faire coter sur la bourse, PSG Konsult, prestataire réputé sur le marché financier sud-africain. « Cette cotation est intervenue dans le sillage de notre campagne de promotion en Afrique du Sud, entreprise vers fin 2017, et la mise en place d’un procédé raccourci pour faciliter la double cotation de sociétés déjà cotées sur certaines bourses de renom », fait ressortir Sunil Benimadhu, Chief Executive Officer (CEO) de la SEM.

Le deuxième point fort de l’exercice 2018-19 a été la cotation des obligations de la Trade and Development Bank (TBD), une banque panafricaine agissant comme institution financière du COMESA. Ces deux cotations ont permis de mettre en exergue l’attrait de la Bourse de Maurice comme plateforme de cotation pour les sociétés africaines, « confirmant ainsi notre stratégie d’ouverture vers l’Afrique », poursuit-il. Il se dit d’ailleurs pleinement satisfait « du succès de notre stratégie d’internationalisation » et se fixe comme objectif pour 2020 d’augmenter le nombre de produits internationaux cotés sur les deux marchés boursiers, « offrant ainsi à nos investisseurs de nouvelles alternatives de placement ».
Autre phénomène marquant de l’année écoulée : le nombre important de nouvelles cotations enregistrées, avec un total de 23 nouveaux titres cotés durant l’année, ce qui représente une capitalisation totale de plus de Rs 34 milliards, permettant ainsi à la Bourse de franchir la barre des 200 titres cotés durant l’année. Avec ces nouvelles cotations, la SEM confirme aussi son positionnement de “multi asset class international exchange”. Par ailleurs, il faut noter qu’un total de Rs 8,2 milliards a été levé en 2019, principalement à travers l’émission d’actions en numéraire (Rs 3,7 milliards), l’émission d’obligations (Rs 2,4 milliards) et de placements privés d’actions (Rs 1,4 milliard).

De plus, Sunil Benimadhu tient à mettre l’accent sur la bonne performance de l’indice SEMTRI en 2019. Celui-ci a clôturé la session boursière du 27 décembre à 8 309 points, soit son niveau le plus haut depuis son lancement. Cette envolée s’explique principalement par la bonne performance de certains “blue chips” à forte capitalisation, tels que la MCB, qui a réalisé un rendement total de 21,8% durant l’année, mais aussi par un montant plus important de dividendes déclaré par les sociétés du marché officiel, Rs 8,4 milliards en 2019, contre Rs 7,7 milliards en 2018.

L’année 2019 a aussi vu la Bourse poursuivre son évolution technologique, avec notamment une refonte complète de son site Web, désormais plus interactif et plus facile d’utilisation pour la communauté financière. Le nouveau site propose aux investisseurs de nouveaux outils d’analyse aussi que l’accès à de nouvelles informations boursières.
Interrogé sur les ambitions de la SEM cette année, son CEO souligne que la politique d’internationalisation sera poursuivie. D’ailleurs, la SEM s’attend à voir le nombre de cotations augmenter, avec un total de 10 à 15 nouveaux titres attendus dans les prochains mois. « L’objectif est de doubler la capitalisation boursière de Rs 5 à 10 milliards au minimum, grâce à ces nouvelles cotations », précise Sunil Benimadhu. Dans la foulée, la SEM s’engagera de manière plus active avec les prestataires financiers locaux et internationaux en vue de favoriser une meilleure promotion de sa plateforme par ces prestataires.

Autre priorité de 2020 : davantage d’accent sur la protection de l’environnement, à travers notamment la cotation de produits “verts”. Ainsi, la SEM compte travailler étroitement avec les autorités et les acteurs du marché financier pour « développer de nouveaux produits, avec le but de se positionner comme une plateforme pour coter des produits à vocation verte, présentés par des émetteurs locaux et régionaux », indique Sunil Benimadhu, sans donner davantage de précisions à ce stade.

D’autre part, comme le centre financier mauricien se positionne depuis quelques années en tant que passerelle d’investissements en Afrique, ce positionnement a déjà eu un impact positif sur la Bourse de Maurice, démontré par le nombre important de nouvelles cotations de sociétés ayant l’Afrique comme point d’ancrage. Et la Bourse compte étendre sa politique d’ouverture vers l’Afrique, en vue d’attirer davantage d’émetteurs africains sur sa plateforme.

——————————————
Performance des sociétés cotées

2019 a aussi été marquée par de bonnes performances à deux chiffres pour certaines sociétés. Sur le marché officiel, les meilleurs rendements sont à mettre au compte de Vivo Energy et Eagle Insurance. Sur le DEM, ce sont Kolos Cement et Ascencia qui se trouvent en haut du classement. « Ces rendements attrayants ont souvent été accompagnés par une progression dans la performance financière de ces compagnies. Vivo Energy et MUA, par exemple, ont affiché une croissance d’autour de 42% et de 27% respectivement de leurs profits pour la période des 9 mois se terminant au 30 Septembre 2019 par rapport à la même période de 2018 », explique Sunil Benimadhu.

——————————————
Évolution des indices boursiers

Au niveau des indices boursiers, l’année a été plutôt mitigée. En 2019, les indices SEM-AFRIDEX, SEMTRI-ASI, SEMSI et SEMTRI ont affiché des performances positives de 4,67%, 3,44%, 1,70% et 1,37% respectivement. Par contre, les indices SEM-ASI et SEMDEX ont affiché durant la même période des performances négatives de -1,06% et -1,87% respectivement.

Performances des indices boursiers du 1er janvier au 31 décembre 2019
INDICES              Rendement (%)
SEM-AFRIDEX       4,67
SEMTRI-ASI – RS  3,44
SEMSI                  1,70
SEMTRI – RS         1,37
SEM 10                 0,97
SEM-ASI –             1,06
SEMDEX –              1,87

——————————————
Région : la SEM fait bien

L’on remarquera par ailleurs que la Bourse de Maurice a réalisé une performance relativement satisfaisante par rapport à d’autres bourses du continent africain, telles que celles de Zambie ou du Nigeria, qui ont vu leurs principaux indices plonger de 18,8% et 15,3 % respectivement de début 2019 au 19 décembre de cette même année.