La marche pacifique prévue ce dimanche à Plaine Verte pour soutenir la famille d’Iqbal Toofany mort de brutalité sous surveillance policière s’est déroulé dans une ambiance solenelle mais  bon enfant.
‘Je suis Iqbal. Je suis Kaya. Je suis L’Amicale. Je suis Ramdhony’.Ces slogans ont été repris en coeur par la foule présente à la marche pacifique, de ce dimanche 15 mars. C’est aux alentours de 10h30, que le cortège a quitté le  square Khadafi, Plaine Verte. La foule s’est ensuite dirigée vers le Jardin de la Compagnie où proches d’Iqbal Toofanny et  la famille de quelques autres victimes de brutalité policière ont pris la parole.
D’autres slogans hostiles à la police et rappelant d’autres victimes morts en cellule policière, notamment Kaya et Anand Kumar Ramdhony, ont été brandis par les quelques milliers de marcheurs malgré une forte présence policière.
Arborant des T-shirts «Je suis Iqbal», les membres de la  famille de Iqbal Toofany, avec aux premiers rangs  le père, l’épouse et les enfants de la victime, brandissaient aussi une immense banderole avec un message identique. 
C’est une veuve effondrée qui a exprimé sa gratitude envers ceux présents, pour leur soutien. Amiirah Toofanny et son beau-père, Yousouf Toofanny ont une fois de plus exprimé leur colère concernant les conditions de libération des policiers provisoirement accuse d’avoir torturé Iqbal Toofanny lors de sa détention policière. ‘Nous réclamons que l’affaire soit considéré ecomme un murder case’ a déclaré le père du défunt, peu avant que prenne fin la marche pacifique aux alentours de 13h15.
Pour Rappel Iqbal Toofany, 42 ans avait été arrêté pour une histoire de vol qu’il a nié jusqu’au bout. Il est mort le lundi 2 mars alors qu’il était sous surveillance policière et de forts soupçons de brutalité policière pèsent sur cinq policiers du CID de Rivière Noire qui ont été arrêtés, inculpés pour torture et relâchés sous caution. Ils ont eux aussi nié tout lien avec cette affaire mais un témoin clé qui déposera cette semaine dans l’enquête judiciaire instituée très vite par le DPP pourrait faire changer la donne.