La compagnie Coral Garden, basée à Mahébourg, propose à ses clients depuis deux ans la marche sous l’eau. Il s’agit d’une expérience unique qui permet au pratiquant de découvrir le monde marin à travers une ballade pédestre. La variété d’animaux aquatiques et cette sensation enivrante de ne faire qu’un avec l’univers marin est indescriptible. Reportage.
Pour pratiquer l’activité, les clients sont emmenés en pirogue vers une plateforme située non loin de l’Île aux Aigrettes, dans la baie de Mahébourg au niveau d’un spot de plongée surnommé Trou Moutou. Selon Rex Colimalas, notre moniteur, le spot est profond d’environ 10 m. Cependant, l’activité à laquelle on est convié se déroulera à 2 m de profondeur, car ce jour-là, la mer est quelque peu agitée. “On peut descendre jusqu’à 5 m maximum, dépendant de la marée. On va passer entre 35 et 40 minutes sous l’eau.”
Briefing
Aussitôt embarqués sur la plateforme, les clients ont droit à un briefing. Si l’activité est jugée sans grand risque, les bases élémentaires de sécurité doivent être respectées pour prévenir tout incident. Puisque nous serons en apnée, la communication ne pourra se faire que par quelques signes de la main faciles à mémoriser. Le moniteur explique également que si jamais les oreilles bourdonnent à cause de la pression, il faudra décompresser tout simplement en resserrant le nez à l’aide des doigts et en poussant l’air. Trois personnes sont responsables de l’activité et veillent à ce que tout se passe bien. Outre le moniteur, un plongeur surveille les manoeuvres en surface et plongera si nécessaire. Il assure la communication entre le moniteur et celui posté sur la plate-forme pour manipuler l’arrivée d’air et les tuyaux qui vont avec. Le moniteur soutient qu’il n’est pas nécessaire de savoir nager pour pratiquer la marche sous l’eau.
Équipements
Ensuite, le client est muni des équipements nécessaires à la pratique de l’activité. Chaussures lestées, une ceinture – également lestée de plomb – et un casque spécial sont fournis au client. “L’air arrive dans le casque grâce à un compresseur. Si jamais il y a une panne, un système de secours s’enclenche automatiquement”, rassure Rex. La quantité de plomb nécessaire pour la ceinture dépend du poids de la personne. Plus elle est lourde, plus elle aura tendance à flotter, et davantage de plomb sera nécessaire. La ceinture sera également utile au moniteur qui s’en servira pour guider le ou les clients. “Pour des raisons de sécurité et pour que l’activité soit vécue pleinement, nous n’emmenons que deux personnes à chaque descente”, souligne Rex.
Rêve bleu
Aussitôt les équipements fixés, la descente peut débuter. Des escaliers nous permettent de descendre facilement. En quelques secondes, nous sommes en immersion totale. Suivant les conseils du moniteur, la pression que nous ressentons à la fois à l’intérieur et dans les oreilles se dissipe instantanément. Les rayons lumineux pénétrant dans l’eau lui donnent une teinte bleutée unique. La température de l’eau est agréable, le bruit de l’air raisonnant dans le casque se fait vite oublier. On a l’impression d’être dans son élément, une sensation paisible et agréable. De temps en temps, le moniteur demande si tout va bien. Il faut savoir que l’activité se déroule normalement à trois horaires précis au cours de la journée, soit à 10 h, 13 h et 15 h.
Carte postale
La splendeur qui s’offre à nous s’apparente à un rêve dont on ne voudrait plus se réveiller. Tour à tour, les nombreuses espèces de poissons qu’abritent les lieux commencent à se montrer comme dans une exposition. La variété de couleurs est impressionnante, on se croirait au beau milieu d’une carte postale sous-marine. Sans doute habitués à côtoyer les humains, les poissons  ne laissent transparaître aucune peur et s’approchent de nous. Demoiselles, sergent major, rougets, poissons perroquet et autres trompettes ont l’air d’être les figurants d’un ballet. Si les poissons nous tournent autour, c’est principalement parce que les marcheurs sous l’eau leur donnent parfois du pain, comme pour les récompenser de leur présence. Les poissons viennent le dévorer dans la main des marcheurs, une expérience unique. “On ne se lasse jamais d’être ici. À chaque fois, il y a des espèces différentes à observer. Parfois, on a la chance de voir des dizaines de mourgates. Vu d’en bas, c’est tout simplement magnifique”, dit Rex.
Particuliers
Nous marchons sur le rebord du trou et ce qu’on y trouve est resplendissant. Les coraux et les anémones sont légion. Un minuscule organisme attire notre attention. Il s’agit d’une petite crevette solitaire ayant élu domicile sur une anémone rouge vif. Le crustacé se laisse toucher facilement et montre ses pinces acérées comme pour souhaiter la bienvenue chez lui. On est même surpris de trouver une statuette indienne. Telle une gardienne des lieux, celle-ci est maintenue debout au milieu de ce riche écosystème et ne manque pas d’attiser la curiosité des visiteurs. “Dans le coin, il y a eu plusieurs légendes autour de cette statuette, mais on croit savoir qu’elle a été placée là pour les besoins d’un film qui n’a jamais été tourné.”  
———————————————————————————————————————————
Prix
Afin d’encourager les Mauriciens à découvrir la marche sous l’eau, la compagnie Coral Garden leur propose un prix spécial. Il est fixé à Rs 750 par personne, au lieu des Rs 1 500 réclamées aux touristes. Notons que les enfants peuvent également la pratiquer, dès l’âge de 9 ans. Les intéressés doivent réserver à l’avance au 631-0600. L’activité est pratiquée du lundi au samedi.