Le groupe Zistis ek Respe pu Sameer a organisé ce matin une marche symbolique en mémoire du travesti Sameer Mussan qui a été assassiné le 18 septembre dernier. Les participants ont attendu devant la Cour intermédiaire de Port-Louis le van qui emmenait les agresseurs présumés de la victime. « Nu pas le servi violence, mais nu pas capav reste tranquille, bisin protege ban lezot frer travesti, pu ki zot ser pas retruv zot orpheline kouma moi », a lancé Rooksana Dilmahamod, la soeur du défunt.
Zistis ek Respe pu Sameer ainsi que Rooksana Dilmahamod espèrent que « le crime de Sameer ne reste pas impuni ». « Ce qui s’est passé est très grave », soutient Dhiren Moher, travailleur social. « Sameer était quelqu’un de calme, toujours au service des autres. Le tuer dans sa propre maison démontre l’insécurité qui règne dans le pays. Ki li ene travesti, homosexuel, drogué… sak dimounn bizin ena so place dans la société. »
José Etive, président de l’association Visa G, a pour sa part réclamé le respect des homosexuels. « Nu demann ki justis soit faite, me nu pas capav reste muet. Bisin ena meilleur comprehension envers bann travestis, homosexuels. Nu lors terrain pu la lit cont l’homophobie e pu droit bann homosexuels. Homosexualité, li pas sal, c’est la vie, c’est l’amour. Nu ena le mem droit ki bann hétérosexuel. Nu differents, me nu bann être humain. »