Forte mobilisation des forces de l’ordre en début d’après-midi devant l’hôtel du gouvernement face à la colère d’une centaine de femmes dont les familles ont été victimes des inondations meurtrières du samedi 30 mars dernier. Elles ont littéralement assiégé l’hôtel du gouvernement alors que le Premier ministre Navin Ramgoolam s’apprêtait à une distribution de Food Vouchers aux familles affectées par les inondations venant principalement de Canal-Dayot et d’Anse-Courtois.
Les manifestantes, viennent des régions de Terre-Rouge, Sainte-Croix, Bois-Marchand et Cité-la-Cure. Elles soutiennent avoir légitimement droit à ces Food Vouchers comme les autres familles choisies car elles auraient également tout perdu le samedi 30 mars. Visiblement hors d’elles, ces femmes ont tenté de forcer le cordon policier pour être admises à l’intérieur de l’hôtel du gouvernement où allait se dérouler la cérémonie de distribution.
Ces femmes font ressortir avec force qu’elles s’étaient rendues au ministère de la Sécurité sociale pour se faire enregistrer en tant que victimes des inondations mais que leur cas n’avait pas été pris en considération. Venant principalement de la circonscription de Port-Louis Nord/Montagne-Longue, elles s’en sont prises à leurs représentants à l’Assemblée nationale.
Une proposition d’une visite des officiels du ministère de la Sécurité sociale pour un état des lieux avant tout octroi d’une aide du gouvernement a été rejetée. Un important déploiement des forces de l’ordre a été mis en place devant l’hôtel du gouvernement en vue de parer à toute éventualité.