Le ton des échanges entre les parlementaires du MMM et les ministres du gouvernement travailliste lors du prochain Question Time, mardi, sera suivi avec intérêt et déterminant pour la suite des événements sur le plan politique. Néanmoins, les indications obtenues du secrétariat de l’Assemblée nationale sont que les toxic files, soit la gestion par la Tertiary Education Commission des affaires de l’Eastern Institute for Integrated Learning and Management (Mauritius Branch) Campus (EIILM) de la famille Jeetah ou encore de la JSS Academy, de la Biometric National Identity Card et du projet avorté du Harbour Bridge sans oublier le scandale du réseau de paris illégaux aux courses dénoncé depuis octobre de l’année dernière à la Police Des Jeux figureront parmi les interpellations parlementaires de cette séance avant le prochain ajournement des travaux parlementaires à la mi-août.
Avec la Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition, Paul Bérenger, sur le projet métro léger entre Curepipe et Port-Louis avec des investissements de Rs 22 milliards et adressée au vice-Premier ministre et ministre des Infrastructure publiques Anil Bachoo, le député du MMM Jean-Claude Barbier devra patienter. Il a déposé au secrétariat de l’Assemblée nationale une interpellation au sujet du mécanisme pour les acquisitions obligatoires de terrain sur le tracé identifié du Mauritius Light Rail Transit Project.
Récemment, cette question de tracé du métro léger avait soulevé un tollé au sein des municipalités, qui avaient été sommées de libérer des State Lands dans un délai minimal d’un mois. Le ministère des Terres devait se raviser par la suite. La principale contention du leader du MMM est que l’adjudication de ce contrat d’investissements d’au moins Rs 22 milliards avec des travaux échelonnés entre trois et quatre ans, aurait dû être reporté après les prochaines élections générales vu l’envergure du chantier.
Les éléments de réponse fournis par Anil Bachoo mardi prochain devront confirmer si le gouvernement tient encore à son calendrier avec l’allocation du contrat vers octobre de cette année et le premier coup de pioche au début de 2015. À ce stade, l’exercice de Request for Proposals, lancé officiellement, a vu la soumission de deux cotations venant de groupes d’Inde et de la République populaire de Chine.
Dépenses de la TEC
D’autre part, le dossier de l’enseignement supérieur, notamment la reconnaissance des universités avec une affiliation à l’étranger, plus particulièrement en Inde, continue à préoccuper plus d’un parlementaire de l’opposition. Ainsi, le député Steve Obeegadoo interpellera le ministre de l’Enseignement supérieur Rajesh Jeetah au sujet du brûlant dossier des offshore campus centres opérant à Maurice.
Le député du MMM demandera au ministre Jeetah de préciser les mesures prises en vue de résoudre le problème de reconnaissance des offshore campus centres par l’Inde, dont l’EIILM du Jeetah Trust et de la JSS Academy, de faire état des détails du scandale du DY Patil Medical College, installé dans les locaux de l’hôpital Nehru, et également des conclusions des enquêtes diligentées à cet effet par le Medical Council et également par la TEC de même que le sort qui a été réservé aux étudiants népalais et malgaches inscrits à des cours.
De son côté, la parlementaire du MMM Françoise Labelle compte se concentrer sur le nouveau directeur de la TEC, Anand Kumar Bhakshi. Elle demandera au ministre Jeetah de révéler les conditions au poste d’Executive Director de la TEC, notamment les salaires, allocations et autres Fringe Benefits, les détails du Curriculum Vitae du directeur en poste depuis la fin de l’année dernière, dont son expérience dans le domaine de la Quality Assurance et de recherches académiques et s’il fait l’objet de mesures disciplinaires de la part des autorités de l’université de New Delhi.
Françoise Labelle s’intéresse également aux dépenses encourues par la TEC pour le recrutement de son Executive Director, dont des allocations versées aux membres du panel de l’interview de même que l’expérience en la matière de ces derniers.
Le député Joe Lesjongard évoquera le litige opposant le conseil des ingénieurs et la JSS Academy au sujet de la reconnaissance des diplômes sanctionnant des études dans cet institut d’études supérieures.
Toujours au chapitre de ce toxic file, le député Mahen Seeruttun demandera à Rajesh Jeetah de confirmer le nombre d’universités privées et publiques actuellement en opération, les dates du lancement des cours, le nombre d’étudiants inscrits dans les différents programmes universitaires et le recognition status de ces instituts d’études supérieures.
Mesures de sécurité
Pour sa part, le député Rajesh Bhagwan s’intéresse aux activités de la Police des Jeux sur tout dans le cadre de la lutte contre les paris illégaux, qui sont légion dans le pays. Il voudrait connaître l’identité du patron de la Police des Jeux à Maurice de même que le nombre d’officiers de police affectés à ce département. Il voudrait savoir les conclusions de l’enquête sur le cas d’Illegal Betting référé à la Police des Jeux par le Mauritius Turf Club en octobre de l’année dernière. Il demandera au Premier ministre de faire une déclaration de politique générale au sujet des actions envisagées par le gouvernement et la Gambling Regulatory Authority en vue de redresser la situation dans l’organisation des courses hippiques par le MTC.
Toujours en ce qui concerne le Question Time, le PMSD se donne une période de retenue vu que jusqu’à tout récemment, les trois parlementaires de ce parti siégeaient au gouvernement, dont Xavier-Luc Duval en tant que vice-Premier ministre et ministre des Finances. « Nous avons pris la décision de nous abstenir de poser des interpellations parlementaires au gouvernement dans l’immédiat. Ce sera probablement pour une période d’un mois et subséquemment, nous allons assumer pleinement notre rôle de députés de l’opposition. La raison est simple : il n’y a pas longtemps, nous étions dans le gouvernement », a déclaré le leader du PMSD au Mauricien pour expliquer l’absence de PQs des bleus pour la séance de mardi prochain.
Les autres interpellations parlementaires portent sur la nouvelle carte d’identité nationale et les obligations légales pour les Mauriciens de produire ce document et les mesures de sécurité prises par rapport aux données confidentielles enregistrées par des contractuels (Raffick Sorefan) ; la retransmission en direct des débats à l’Assemblée nationale et les droits de retransmission exclusifs à la MBC (Mahen Seeruttun) ; les cas de violence et d’indiscipline aggravée dans les écoles et collèges (Mahen Jhugroo) ; les acquisitions obligatoires de terrain avec le projet abandonné de Harbour Bridge (Maya Hanoomanjee et Veda Baloomoody) ; l’introduction du programme de Nine-Year Schooling, le sort qui sera réservé aux examens du CPE et le problème de demandes d’admission dans les collèges d’élite (Steve Obeegadoo) ; les victimes d’injection d’Avastin à l’hôpital de Moka et les conclusions de l’enquête initiée par le ministère de la Santé (Kavi Ramano) et la majoration des Court Fees (Veda Baloomoody).