La firme Sotravic et le Central Electricity Board ont signé cette semaine un Power Purchase Agreement. Un contrat d’achat de l’énergie renouvelable qui sera produite dans le centre d’enfouissement technique de Mare Chicose. Cette centrale de 3 MW est en construction et sera opérationnelle en septembre.
La firme Sotravic explique que cette énergie est issue de la dégradation naturelle des déchets. C’est le biogaz de la décharge, riche en méthane, qui sera transformée en électricité. Ce projet contribuera à la réduction de l’effet de serre en diminuant les rejets équivalant à 668 000 tonnes de dioxyde de carbone (CO2). Ce projet a été proposé en décembre 2006 au moment de la prise en charge de la gestion du Centre d’enfouissement pour le compte du ministère des Collectivités locales. Il est entièrement financé par Sotravic au coût global d’environ Rs 200 millions. Cette centrale sera dotée de générateurs Caterpillar d’une puissance de 1 MW chacun, particulièrement conçus pour être alimentés au gaz d’enfouissement. L’électricité produite sera ensuite transmise au réseau électrique national du Central Electricity Board (CEB). Elle représentera environ 1 % de la production quotidienne du pays.
Sotravic fait ressortir que la centrale de valorisation énergétique de Mare Chicose est le premier projet de biogaz à être réalisé à Maurice. Ces nouvelles installations viennent assainir davantage la décharge tout en apportant leur contribution à la lutte contre l’effet de serre. « C’est une démarche qui s’inscrit dans le cadre de la politique nationale en faveur du développement durable et des énergies renouvelables », explique le firme.
Sur le site à Mare Chicose, les travaux sont presque achevés. Ils sont effectués en plusieurs phases. Le réseau de collecte du biogaz a été renforcé avec l’aménagement de puits horizontaux, qui ont pour but de permettre une amélioration continue de l’extraction du biogaz du site.
Pour alimenter le réseau national, une ligne de haute tension reliant le site de Mare Chicose au CEB a été rehaussée au cours de ce mois sur une distance d’un kilomètre. Des techniciens européens ont installé depuis juin les équipements nécessaires.
La centrale de Mare Chicose débutera avec une puissance de 2 MW pour atteindre graduellement les 3 MW. Elle est déjà connectée au réseau du CEB et les tests, qui s’y déroulent actuellement, se termineront à la fin du mois d’août.