Sa maison est rarement vide. Cela fait environ une vingtaine d’années que Marie-Josée Arnulphy, que tous appellent affectueusement Majo, a pris la décision d’ouvrir sa demeure à des étrangers. Elle voulait “avoir un travail tout en pouvant le faire de chez moi et être là et disponible pour mes deux enfants. Depuis que ces derniers sont partis, les chambres d’hôtes font que la maison demeure toujours animée et que je ne me sente pas seule et triste”. C’est à Pointe d’Esny qu’elle et son époux Henri ont aménagé trois chambres d’hôtes.

À 56 ans, Majo est une femme toujours active. Elle a de quoi occuper ses journées, en se faisant un devoir d’être présente pour ses invités pour “les accueillir, préparer le petit-déjeuner, leur rendre service et être un peu leur guide quand ils ont besoin d’informations sur les sorties”. Mais il y a un rendez-vous qu’elle ne manquera jamais : celui de la gym, qu’elle pratique depuis plus de trente ans. “C’est ce qui m’a toujours tenu en forme et qui me donne la patate chaque jour.” Parmi ses autres passe-temps : se rendre à la plage pour nager et, quand elle a le temps, lire un roman ou un thriller.

Le contact avec les gens a toujours ponctué la vie de Marie-Josée Arnulphy, que ce soit à l’époque où elle tenait une petite entreprise de location de voitures ou quand elle se rend au bistrot que tient son mari. “J’aime les gens, sans aucune distinction. J’ai ce besoin de parler et de me faire des amis. C’est ce qui me rend heureuse dans la vie. Avoir toujours du monde autour de soi fait que je n’ai pas le temps de m’ennuyer.”

La boîte à questions

Notre invité a plongé sa main dans notre boîte à questions. Et le hasard lui a imposé ce qui suit.

Quel est le meilleur conseil que vous pourriez donner à votre enfant ?

De toujours saisir les opportunités afin d’avancer dans la vie. Il faut toujours oser et tenter sa chance pour ne pas avoir de regrets.

À quelle personnalité publique confierez-vous les clés de votre maison pendant vos vacances à la plage ?

J’ouvre facilement et sans problème ma maison aux étrangers, mais je ne me vois pas confier les clés de ma maison à une personnalité publique. Si je dois m’absenter pour des vacances, ma maison sera entre les mains d’une personne de confiance : un ami ou un proche.

Après votre passage sur terre, que souhaiteriez-vous que l’on dise de vous ?

Majo a toujours été une personne joviale, gentille, simple et avenante. Mais que l’on dise du bien ou du mal de moi, l’essentiel est que l’on continue de parler de moi (rires).

Pensez-vous que nous sommes seuls dans l’univers ?

Oui, je pense que l’espèce humaine est seule dans l’univers. Mais il doit bien y avoir autre chose, et si ça ressemble au personnage de E.T., ça me va et ne me fait pas peur.

Qu’offrirez-vous au Premier ministre s’il vient chez vous à l’heure du dîner et de quoi lui parlerez-vous ?

Il sera reçu en toute simplicité, comme je le fais avec tous ceux qui franchissent ma porte. Il mangera ce que j’avais prévu pour le dîner. Et on parlera de tout, sauf de politique.

Quel est le plus beau compliment que l’on puisse vous faire ? Et le pire ?

J’ai souvent des compliments de mes hôtes lorsqu’ils partent. On me dit que je sais recevoir et les mettre à l’aise. En général, mes proches me disent toujours que je dégage une vraie positivité.

Si on vous donne la possibilité de vivre une journée dans la peau d’une autre personne, qui choisirez-vous et pourquoi ?

Ce serait Nadia Murad, la Prix Nobel de la paix 2018. Pour son courage d’avoir raconté ses propres souffrances et pour s’être exprimée au nom des autres victimes.

Quelle est votre plus grande frousse ?

Heureusement qu’on n’en a pas, mais j’ai une peur bleue des serpents. J’ai aussi très peur du vide.

À quelle occasion sortez-vous le champagne ?

Pas uniquement pour un grand événement. Je sors aussi le champagne quand il y a d’autres moments de joie et de bonne humeur, des bonnes nouvelles, et d’autres occasions agréables.

Confiez-nous votre plus grand secret ?

Je n’ai pas de secret car je suis une personne franche et je ne cache rien. Je n’ai pas une peau de serpent et encore moins une double personnalité.