Les fidèles catholiques mais aussi des Mauriciens d’autres confessions religieuses ont répondu présents en grand nombre à l’invitation personnelle de l’évêque de Port-Louis pour la messe dédiée aux familles mauriciennes dans le cadre de la Pentecôte 2015. Dans son homélie, Mgr Maurice Piat a insisté sur le rôle crucial de la famille pour maintenir la société mauricienne « en bonne santé ». « Les familles ont un grand apport dans la stabilité d’une société. Elles ont beaucoup de ressources et beaucoup d’idées et elles peuvent apporter beaucoup à la société mauricienne », a dit Mgr Piat hier.
Ce rassemblement d’hier, qui avait pour thème « Familles, Dieu Vous aime », se situe entre deux synodes sur la famille convoqués par le Pape François à Rome. L’un a eu lieu en octobre de l’année dernière et l’autre se tiendra au mois d’octobre prochain et verra cette fois la participation de Mgr Maurice Piat.
C’est sous un soleil ardent que des milliers de Mauriciens, portant des vêtements aux couleurs rouge, jaune et orange (symbolisant les couleurs de la Pentecôte), de toutes les régions du pays, se sont dirigés vers le Monument Marie Reine de la Paix pour la messe présidée par Mgr Piat et célébrée par l’ensemble du clergé. Tout a été préparé avec beaucoup de minutie : une sono impeccable, des couleurs vives arborées par l’assistance mais aussi pour la décoration de l’autel, un service d’ordre compétent, distribution de cartes « Dix commandements de la famille » à la fin de la messe, une cérémonie joyeuse et une magnifique chorale. En saluant les familles présentes au début de son homélie, Mgr Piat a eu une pensée spéciale pour celles qui vivent des situations difficiles. « Mo kone ki ena bokou soufrans dan ban famil ». L’Église, dit-il, a un grand souci de tout ce qui déstabilise les familles aujourd’hui et il a cité à titre d’exemple le travail précaire, les contraintes financières, le chômage, la drogue, les séparations, les maladies, le surendettement, le problème de logement. Si le chef de l’Église s’est attardé sur les situations difficiles de nombre de familles de notre pays, il n’a pas manqué aussi de relever l’entraide qui existe entre voisins et a fait part de son appréciation pour les familles qui font preuve de courage pour relever les défis et qui tendent la main aux autres. « Une des caractéristiques de la société mauricienne est l’entraide et le partage fraternel entre les voisins. Se pou sa rezon-la ki mo dir ki bann famil kapav aport bokou stabilite dan enn sosiete. Zot ena enn rol inportan e zot kapav aport bokou kisoz a nou sosiete morisienn ».
Selon l’évêque de Port-Louis, le premier rôle de l’Église est d’accompagner les familles et le diocèse travaillera davantage dans cette direction. « L’Église a décidé de mettre tous ses moyens à la disposition des familles. La famille est le chef-d’oeuvre de Dieu et nous devons en prendre soin », affirme dit Mgr Piat. Pour le chef de l’Église, réhabiliter les familles passant par des épreuves signifie réhabiliter la société et par là même garantir « la bonne santé de la société mauricienne ». Mgr Piat a beaucoup insisté sur l’importance d’une rencontre quotidienne entre tous les membres d’une famille à un moment de la journée et a lancé un appel vibrant aux familles présentes hier à ce sujet. Il a aussi élaboré sur l’importance de la prière dans toute famille.
Dans les milieux du comité organisateur du rassemblement d’hier, on affiche une grande satisfaction par rapport à la foule qui a fait le déplacement mais aussi par la composition de l’assistance. « Il y a eu une bonne mobilisation des familles mauriciennes à l’appel de Mgr Piat. Il semble que nous avons fait le plein à la Marie Reine de la Paix parce que la foule était compacte. Elle était composée de personnes de tous les milieux concernés par notre Église et de Mauriciens d’autres religions. Nous sommes satisfaits de l’ambiance de prière qui a prévalu malgré la foule considérable. Le message de l’évêque, qui a mis l’accent sur l’accompagnement des familles et aussi sur la mission de chaque famille au sein la société, a été bien reçu », dit le vicaire général, Jean-Maurice Labour.