Depuis une année le diocèse de Port-Louis mobilise les fidèles catholiques pour la messe de dimanche prochain à Marie Reine de la Paix, lors de laquelle Mgr Maurice Piat lancera ce projet baptisé Kleopas (du nom d’un disciple). Face aux nouvelles réalités qui apportent beaucoup de bouleversements dans la vie individuelle mais aussi au plan collectif, l’Église à Maurice se lance dans un audit de sa présence dans les différents domaines qui concernent la construction de la nation mauricienne.
L’objectif de Kleopas, selon les pères Jean-Maurice Labour et Jean-Michaël Durhône, responsables de piloter ce projet) et qui donnaient une conférence de presse hier, est de réajuster la mission de l’Église à la lumière de l’Évangile pour « mieux servir la société mauricienne ». « Ce projet n’est pas sorti d’un coup de baguette magique de Mgr Piat. Dans nos paroisses et là où nous sommes présents, nous entendons ce que les gens vivent et il y a beaucoup de questions. Il y a des bons signes que le moment est favorable pour entreprendre cette réflexion », a dit hier le Père Durhône. Cette évaluation portera sur la façon dont l’Église s’engage dans la construction de la justice, dans la lutte contre la pauvreté, dans le dialogue avec les autres religions, dans l’éducation, dans le social. « Dans cette société mauricienne qui est en crise, nous sommes heureux d’être là. Nous allons nous replonger dans nos convictions pour prendre le temps d’écouter ce que les Catholiques ont à dire et ensuite voir quels sont les moyens pour faire face aux nouveaux défis. Même si c’est un exercice interne, nous sommes disposés aussi à écouter ce que les non-chrétiens ont à nous dire », a ajouté pour sa part Jean-Maurice Labour, le vicaire général.
Le projet Kleopas s’étalera sur trois ans et touchera trois lieux où l’Église peut mobiliser les Chrétiens, à savoir les paroisses, les familles et les écoles catholiques. Le Diocèse de Port-Louis a fait appel à Henri Derroitte, professeur de théologie pratique à l’Université Catholique de Louvain, en Belgique, pour l’accompagner dans cette évaluation à échelle nationale.
Voilà ce que dit Mgr Piat sur ce projet dans une lettre aux Catholiques : « Il y a eu, depuis l’indépendance, la volonté de notre Église d’accompagner les mutations, les défis et les attentes de cette société mauricienne que nous aimons et que nous voulons servir. Les conditions socioreligieuses de notre île évoluent ; du coup, nos manières de nous présenter et de témoigner de l’Évangile sont appelées à changer, l’Évangile reste le même, la manière de le vivre et de le proposer évoluent. » Lors de ce prochain rassemblement, il les invitera à « vivre aujourd’hui leur foi avec audace » et à « donner le goût de l’Évangile ».
La messe prévue dimanche prochain à 14 h constitue un événement dans le diocèse de Port-Louis et le comité organisateur s’attend à une forte mobilisation des fidèles comme ce fut le cas pour le dernier rassemblement en octobre dernier, quand 50 000 personnes avaient fait le déplacement. Une messe qualifiée d’« exceptionnelle » par le comité, et dont l’animation sera assurée par une chorale composée de 150 personnes qui répètent depuis plusieurs mois. À cette occasion, les Catholiques ont été invités à porter des vêtements rouges ou blancs.