Le gouvernement mauricien a marqué un grand coup, cette semaine, dans le procès en arbitrage qui l’oppose au gouvernement britannique pour contester le décrêt unilatéral de la zone marine protégée (MPA) autour de l’archipel des Chagos. Cette zone, rappelons-le, interdit à toute personne non-autorisée par la Grande-Bretagne d’accèder aux îles de l’archipel. Les  premières personnes à être pénalisées  sont les Chagossiens qui  veulent y rentrer, mais, comme l’a révélé le réseau Wikileaks, la démarche de Londres vise à contrecarrer à la fois les Chagossiens et la revendication de souveraineté de Maurice sur l’archipel.
La République de Maurice a contesté la désignation de Sir Christopher Greenwood comme arbitre supposé indépendant sur le panel des juges du Tribunal de la Mer de Hambourg qui écoutera le procès. Les représentants du gouvernement anglais ne s’attendaient pas à retrouver sur le banc des avocats du gouvernement mauricien un certain… Sir Sydney Kentridge .
Sir Sydney Kentridge (85 ans) est une terreur du barreau international au sein duquel il mène combat contre toutes les formes d’injustice.  Si pour la communauté internationale, il est resté à jamais un combattant contre le système d’apartheid qui a assuré la défense de Nelson Mandela,  par contre, pour les Anglais Sir Kentridge a ravivé de très mauvais souvenirs. Il est celui qui, en november 2000, avait permis aux Chagossiens de gagner leur combat contre le gouvernement anglais quarante ans leur déportation de leurs îles. 
C’est donc vers cet éminent  homme de loi que la République de Maurice s’est tournée pour obtenir que les Anglais soient à nouveau condamnés pour leur décision unilatérale d’imposer la zone marine protégée.
Sur son blog, Hugh Muir, un chroniqueur du journal The Guardian pour les questions de droit international, n’a pas manqué d’observer que  » la République de Maurice qui ne se laisse pas faire a déployé là un des great legals du monde entier ». Sir Kentridge a pour réputation de très rarement perdre des affaires dans lesquelles il s’implique à fond. Et, quand il sent qu’il y a une injustice il n’hésite pas à se jeter dans la bataille …  Pour les Chagos, il l’avait fait gratuitement pour la cause.