« Tout ce qui a été dit dans le rapport sera étudié et nous prendrons les actions appropriées au sein de la force policière en temps et lieu ». C’est ce que préconise le Commissaire de police, Mario Nobin, suite de la recommandation de la Commission d’enquête sur la drogue de démanteler l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) et la Customs Anti-Narcotics Unit.

Présent aux célébrations du 251e anniversaire de la force policière au Casernes centrales à Port-Louis ce mercredi, Mario Nobin observe qu’après la publication du rapport de la commission, la population s’exprime davantage avec leurs émotions qu’avec leur sens du jugement.

Dans cette optique, il a tenu à être rassurant à l’effet qu’il prendra les sanctions nécessaires. « Naturellement, après ce rapport, je reconnais qu’il y a beaucoup d’émotions et de passion envers de la force policière. Nous attendons de ce fait que cette affaire se calme avant de prendre des décisions qui s’imposent. Aussi longtemps qu’il y a des critiques constructives, cela nous permet d’aller de l’avant. Je suis content que les citoyens et les institutions surveillent de près la force policière; c’est cela qui renforce notre fondation », affirme-t-il.

Le Commissaire de police rassure également qu’il n’y a de clash avec personne au sein de la société mauricienne.

Pour rappel, la Commission d’enquête sur la drogue a recommandé le démantèlement de l’ADSU et de la Customs Anti-Narcotics Unit pour les remplacer par un National Drugs Investigation Commission.

Celle-ci aura des “special powers” pour enquêter, procéder à des arrestations et des perquisitions, émettre des mandats, convoquer des témoins, examiner des documents, intercepter les communications, solliciter des institutions financières et de télécommunications en vue d’obtenir des renseignements sans passer par un ordre de la cour, émettre une “objection to departure” temporaire, et de poursuivre des suspects.