Une première retombée de l’évaluation des ressources humaines est intervenue à la Mauritius Society of Authors. Le contrat de cinq membres du personnel engagés sur une base mensuelle n’a pas été renouvelé. La Masa rassure par ailleurs ses membres que le travail se déroule normalement en dépit de la suspension du directeur par intérim Harold Lai.
Dans le cadre de la restructuration de la Mauritius Society of Authors (Masa), une évaluation des ressources humaines a démarré en janvier. Une première décision a été prise concernant le « surnombre » d’employés évoqué à plusieurs reprises par le nouveau conseil d’administration. Cinq personnes engagées dans différents départements de la société avec un contrat mensuel ont été remerciées.
S’exprimant sur la question, un membre du board ne cache pas son étonnement selon lequel des personnes étaient engagées sur une base mensuelle à la Masa. Même si l’évaluation des ressources humaines n’est pas terminée, d’autres licenciements ne sont pas prévus à ce stade. Le conseil d’administration se retrouve par ailleurs dans une situation délicate concernant le temps de service d’une employée.
Mario Armel a rassuré de son côté les membres que la Masa fonctionne normalement en l’absence du directeur et de son suppléant. Il participait à une conférence de presse de l’Association des auteurs compositeurs (AAC) la semaine dernière et réagissait aux rumeurs qui circulent, laissant croire que la société serait paralysée en ce moment.
À une question du Mauricien, Mario Armel a laissé entendre qu’un comité, avec lui-même à la tête, a été mis en place pour examiner les demandes d’autorisation. Il a souligné que les demandeurs devront respecter certains critères bien établis. Notre interlocuteur n’a pas voulu en dire plus sur ces critères toutefois, arguant que la Masa organisera bientôt une conférence de presse à ce sujet.