Le ministre des Arts et de la Culture, Pradeep Roopun, s’assure du bon déroulement des opérations à la Mauritius Society of Authors (MASA). C’est ce que laisse entendre son service de communication, qui tient aussi à rassurer sur le paiement des royalties aux membres de la société. Il nous revient cependant que le “board” n’a pas encore approuvé le montant total à être distribué.

Les royalties, représentant les droits que touchent les auteurs et compositeurs sur leurs œuvres, comprennent une certaine somme sur la vente, la diffusion des chansons à la radio, dans les restaurants et les hôtels. Le montant des royalties varie d’un auteur/compositeur à un autre, en fonction du nombre de fois où ses chansons sont utilisées.

À Maurice, c’est la MASA qui gère ces droits, au nom de ses membres et également pour les artistes internationaux, à travers des accords de réciprocité avec les sociétés sœurs. Elle collecte donc l’argent auprès des prestataires et le redistribue aux auteurs/compositeurs ou à leurs héritiers pour ceux qui sont décédés. Cet exercice se fait trois fois par an. Celui de décembre est très attendu, étant donné qu’il représente un peu le « boni de fin d’année » des artistes, qui travaillent à leur propre compte.

Comme évoqué dans notre édition d’hier, la distribution de décembre s’annonce « incertaine », en raison des relations difficiles entre l’Acting Officer-in-Charge et le Permanent Secretary du ministère des Arts et de la Culture, Rajwantee Ramrukheea, et le conseil d’administration. Mais le ministère de tutelle tient, lui, à rassurer les artistes. « Le paiement des royalties se fera incessamment », a répondu son service de communication au Mauricien.

Le ministère précise également que Pradeep Roopun « est en constante communication avec la MASA, tout comme c’est le cas avec les autres entités sous l’égide du ministère, afin de s’assurer du bon déroulement des opérations de ces organismes ». Pour ce qui est de l’absence de communication entre Rajwantee Ramrukheea et le board de la MASA, le ministère soutient le contraire. « L’Officer-in-Charge rencontre le board mensuellement », dit-il.

Toujours est-il que ceux qui sont proches du dossier, insistent sur le fait que des doutes persistent sur le paiement des royalties dans les délais prescrits. D’autant, dit-on, que le board n’a pas encore voté la somme à allouer pour cette distribution.