Le comité des finances de la Mauritius Society of Authors s’est réuni la semaine dernière pour examiner les comptes de la société de 2005 à 2010. Il était surtout question de savoir comment les Rs 44 millions collectées par la Masa au cours de cette période a été utilisée. Un premier constat démontre que les dépenses administratives ont largement dépassé le budget prévu.
Selon les règlements de la Mauritius Society of Authors (Masa), 30 % de l’argent recueilli par la société sur les droits d’auteur sont consacrés aux dépenses administratives. Or, pour la période de 2005 à 2010, les dépenses ont largement dépassé ce pourcentage. Jean-Claude Barbier, président du comité des finances, révèle que « chaque année, une certaine somme n’a pas été distribuée, ayant été consacrée aux dépenses administratives évaluées, selon nos calculs, à un excès de 17 % ».
Toutefois, selon une autre source, il semblerait qu’il y a une confusion à ce sujet. « La Masa prélève 30 % uniquement sur l’argent collecté sur les droits d’auteur et droits mécaniques auprès des music users, comme les hôtels et les radios. D’autre part, la société a ses propres revenus, comme les frais d’adhésion et la subvention du gouvernement. La Masa ne fonctionne pas uniquement avec ces 30 %. »
Devant la situation, Islam Bhugan, président par intérim de la société d’auteurs mauriciens, a émis un communiqué hier pour annoncer la tenue d’un audit des finances de la Masa. Représentant le ministère des Arts et de la Culture sur le board, il évoque la mise en place d’une « open door policy » afin d’assurer la transparence dans la gestion de l’organisme.
Une salle spécialisée a été aménagée afin que les sociétaires puissent avoir accès à divers documents, dont les comptes, comme annoncé par Lekip Harmony au cours de sa campagne. Le président par intérim indique également qu’un nouvel organigramme interne sera élaboré à la suite de l’exercice de l’évaluation des ressources humaines.
Les six membres élus de la Masa seront à la disposition des sociétaires pendant la semaine afin d’écouter leurs doléances. Une réunion avec tous les membres est aussi prévue fin février. « Ces exercices visent principalement à maintenir une communication permanente entre les membres du conseil d’administration et les sociétaires », précise Islam Bhugan.
Le board étudie par ailleurs la possibilité d’une nouvelle distribution des royalties vers la fin de mars.